Rejoignez le monde fascinant de Stephenie Meyer ...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Save Our Souls ... Really funny [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sharon Stanford
Invisible Touch
avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 28
Localisation : Si près et si loin de toi
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Just wanna live
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Baby look at me, and tell me what you see

MessageSujet: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Mer 26 Déc - 14:13

Elle n’avait pas téléphoné. Elle n’avait prévenu personne dans son clan. Elle avait sauté dans sa voiture de sport noire, avec un sac dans lequel elle avait fourré quelques affaires, et avait fait rugir le moteur. Si les vampires conduisaient très vite, Sharon était sans doute l’une des plus dangereuses conductrices. Sa vie était trop proche, tout comme ses souvenirs de conduite, et elle n’hésitait pas, contrairement à d’autres qui n’étaient pas nés avec cette technologique. L’autoroute défilait à toute vitesse, le vent passant des fenêtres ouvertes faisant voler ses longs cheveux blonds dans tous les sens, ses yeux d’ambre fixés sur la route. La musique de Capricorn pulsait à fond de son autoradio. Une larme dévala soudain sa joue et elle la chassa d’un geste rageur. Pourquoi ? pourquoi ? Pourquoi, pourquoi ? De rage, elle appuya encore sur la pédale de l’accélérateur. Elle louvoya entre deux voitures, les mâchoires crispées. Toutes les images repassaient dans sa tête. Cette histoire de tutorat avec les futures troisièmes années, qu’ils devaient rencontrer avant le début de l’année à l’Université pour prendre leurs repères … Et lui, lui ! Bon sang, en chair en os, et en sourire. Josh, son Josh, son frère ! Bordel, ce que ça faisait mal ! L’aiguille du compteur flirtait avec les 210, mais elle accéléra encore plus. Et évidemment, le courant était passé. Il voulait la voir plus souvent. Et elle … Elle aurait tout donné pour être une autre. Heureusement qu’elle s’était inscrite sous le nom de Denali à l’Université. C’était pas possible, ça devait être un cauchemar. Non, les vampires ne rêvaient pas puisqu’ils ne dormaient pas ! ironie du sort. Un rire nerveux lui échappa. Où était-elle ? Elle ne savait plus depuis combien de temps elle était partie. Rouler, toujours rouler … jusqu’à Forks. Oui, non, pas vraiment une destination touristique, en plus c’est plutôt loin de l’Alaska. Mais elle voulait y aller.

Un coup de tête, okay, peut-être. Mais elle était trop mal. Et il n’y avait personne là-bas avec qui elle pouvait en parler. Ils le tueraient. Pour éviter qu’il ne les découvre. Et elle ne le voulait pas. Elle était restée, avait repoussé très longtemps ce désir improbable de partir pour garantir sa sécurité, mais elle ne s’absenterait que quelques jours … Et vu l’état lamentable dans lequel elle était, elle ne servirait probablement à rien. Elle s’était usé les yeux à pleurer, assise dans une chaise, près de son lit, toutes les nuits depuis qu’il avait de nouveau croisé sa route. Invisible, elle le suivait pratiquement partout. Il ‘obsédait. Elle savait ce qu’il voulait. Il voulait les vampires. Son intérêt pour le surnaturel n’avait aucun secret pour elle, et elle se doutait. Elle le savait. Elle l’avait vu. Pourquoi ? Pied au plancher, elle l’était au sens propre du terme. Ecrasant la pédale de droite sans ménagement. Elle n’avait pas assez souffert ? Elle n’en avait pas assez chié de sa putain de vie ? Non, maintenant, on trouvait à lui pourrir aussi son immortalité. Mais pourquoi ? Pourquoi y avait-il fallut qu’elle le rencontre à nouveau ? Bon, il ne l’avait pas reconnu, elle avait assez changé sur ça, mais elle avait peu d’espoir. Autre apparence ou pas, elle était sa sœur, il était son frère, il allait forcément s’en rendre compte. Comme pour les vampires. Et là, ce serait l’enfer. Il se ferait sans doute tuer. Ou … pire. Pas question. Son regard déterminé croisa la forme d’un panneau indiquant la direction qu’elle cherchait. Sans ralentir, elle s’engagea dans la bretelle. Forks. Bientôt.

Elle n’avait pas de nouvelles d’Edward depuis quoi ? Un mois ? plus ? Okay, qu’est-ce qu’un mois dans la vie d’un immortel ? Pour elle, c’était trop. Elle s’était attaché au jeune homme lors de son séjour chez eux. Jeune homme. Un nouveau rire bref la secoua. Qu’est-ce qu’elle était comique. Bref, elle se doutait qu’il devait avoir beaucoup à faire. Et qu’elle était sans doute la dernière de ses préoccupations. Mais pour une fois, elle avait décidé d’être un peu égoïste et de n’en faire qu’à sa tête. Elle voulait le voir. Elle avait besoin de lui. De lui parler. Ça ne s’expliquait pas. Ça s’appelle de l’amitié. Et que ceux qui ont prêté de mauvaises intentions à Sharon sortent. Merci. C’était l’image du vampire qui l’obsédait, sur la route qui la menait à la triste ville de Forks. Ce n’était même pas sûr qu’il soit là. Elle n’avait même pas pris la peine de l’appeler. Peut-être était-il parti en chasse …. Lentement, elle ralentit (tout était relatif, bien sûr). Quelle idiote. Ecervelée. Elle n’avait même pas réfléchi. Non, réfléchir faisait trop mal. Elle avait le cœur brisé. Ce qui était presque comique si on considérait qu’il ne battait plus. Ce n’était pas une raison. Rageuse, elle arrêta la voiture dans un crissement de pneus dans un chemin de terre. Laissant le moteur tourner, elle laissa tomber sa tête dans ses bras croisés sur le volant. Respira un bon coup. S’énerver ne servait à rien. Elle avait besoin d’Edward, maintenant. Et elle n’allait pas juste faire demi-tour alors qu’elle venait de l’Alaska ! Bon … Il ne lui restait plus qu’une chose à faire. Se calmant, elle tendit la main vers son portable.

La conversation fut courte. Et juste avoir entendu sa voix l’avait un peu apaisée. Il la retrouverait au Coffee. Elle devrait pouvoir trouver sans problème. Elle fit de nouveau vrombir le moteur de sa voiture. Et se gara finalement non loin dudit bar. Coupant le contact, elle se regarda dans le rétroviseur. Elle avait une tête horrible. Il s’agissait de ne quand même pas effrayer les gens. Non, aucun abus. Elle avait une tête de … vampire. Soupir. L’avantage d’être une fille, c’est que c’est facile d’y remédier. Un coup de brosse et quelques touches de maquillage plus tard, ça allait beaucoup mieux. Attrapant son sac, elle sortit, ferma la voiture et entra dans le bar. Elle était bien évidemment consciente que tous les regards (masculins surtout) venaient de se tourner vers elle et plus particulièrement sur ses jambes qu’enserraient un jean particulièrement moulant. Mais elle ne distribua même pas un seul sourire. Elle se contenta de s’asseoir à une table, de croiser ses jambes et de poser son sac. Elle l’attendait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwartswiggenweld.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Mer 26 Déc - 21:07

Une belle journée qui s’annonçait, enfin pour un vampire, un peu de soleil à Forks mais pas trop, une brise légère qui venait s’engouffrer dans la chevelure rousse du « jeune » Cullen. C’était le début de l’après-midi, il venait de raccrocher son téléphone. Bella. Il avait choisi ce jour pour aller chasser, pourquoi ? Tout simplement parce sa chère et tendre passait la journée avec son père, et qu’il ne s’était pas nourri depuis plusieurs jours, alors il allait en profiter pour boire le plus possible, pour être tranquille et passer du temps avec elle sans sentir la soif encore et toujours. Parfois ça le mettait hors de lui d’être aussi dépendant du sang, de sa soif, c’était un sentiment horrible, quelque chose contre quoi on ne peut pas lutter, contre qui on est si petit et insignifiant. Il aurait voulu contrôler cette partie de lui et résister des semaines et des semaines, sans ressentir un manque. Mais il était et resterait impuissant face à cela, c’était peut-être une des pires choses qui faisaient partie de sa vie éternelle.. Mais il arrivait à l’accepter lorsqu’il était de bonne humeur, cela lui permettait de se retrouver dans le silence d’une forêt, et de penser à toutes sortes de choses, d’être en phase avec lui-même, et d’être surtout « seul » dans sa tête.

Après avoir raccroché le téléphone des Cullen, Edward prévint Alice qu’il partait chasser, apparemment les autres membres de sa famille étaient allés se nourrir peu de temps avant lui, parce que personne ne se proposa de l’accompagner. C’était sûrement mieux. Oui. Il sortit alors de la grande demeure des Cullen, puis n’hésita pas une seconde., il laissa sa Volvo en plan et commença à courir, courir encore et toujours plus, plus vite, plus longtemps.. Il se sentait tellement bien. Il était grisé par la vitesse, sa propre vitesse. Ça le faisait sourire lorsque Bella s’extasiait devant sa rapidité, elle se laissait vite impressionner par ses facultés, mais Edward ne doutait pas qu’elle serait encore plus forte que lui, plus belle, plus puissante, peut-être plus rapide. Ce jour-là, l’annonce et la promesse de sa transformation ne lui faisaient plus peur, il l’avait accepté, il se disait que c’était inévitable, et puis il ne réussirait jamais à se passer d’elle, il le savait, il en avait déjà fait l’expérience, c’était un des moments les plus douloureux de sa vie, peut-être encore pire que sa propre transformation dans les rues de Londres.. Quand il courait, il se sentait puissant, il se sentait fort, bien, il pouvait tout contrôler : sa respiration, sa vitesse, ses enjambées, son corps, la distance, presque même le temps parfois. Après plusieurs heures de course effrénée, se demandant où il s’arrêterait, Edward se trouvait ni trop loin ni trop près de Forks, il voulait être discret, tout en ayant le temps de sauver Bella s’il le fallait. Elle le rendait encore plus prévoyant qu’il ne l’était déjà. Avec sa maladresse innée, il devait penser à tout, il se demandait même si un jour elle ne révèlerait pas la présence des extraterrestres ! Il était donc dans une forêt qu’il connaissait par cœur, aujourd’hui il portait son attention sur des cerfs, d’après ses confrères il y en avait un énorme troupeau. Il regardait toujours si la proie qu’il choisissait était une future maman ou pas, pour lui c’était primordial, il n’aimait pas se dire qu’il allait tuer un être qui n’existait pas encore, et qui n’avait encore rien vécu, et puis c’était aussi par soucis du nombre, leur troupeau pourrait alors s’agrandir, et il n’y aurait pas de pénurie. Cette fois, il choisit des animaux qui semblaient plus âgés que les autres, pour lui peu importait, ils avaient tous la même saveur, ou presque.

Après avoir bien étanché sa soif quotidienne, il s’assit sur un rocher, admirant la vue. C’était vraiment très reposant, et magnifique. Il aimait énormément observer chaque lieu, et se souvenir e chaque pas qu’il avait fait dans une forêt, une ville, peu importe l’endroit, il voulait que sa vie éternelle lui serve à se rappeler et à découvrir le plus de choses possibles. Mais le vibreur de son portable vint le sortir de ses pensées. Il vit le numéro de Sharon affiché sur l’écran. Il s’empressa de décrocher. Elle semblait éteinte, elle qui d’habitude brillait, Edward était surpris, elle n’allait pas bien, il le savait. Elle toussotait, sa voix tremblait, il l’entendait renifler à l’autre bout. La conversation fut très rapide, juste le temps d’échanger quelques mots et de se donner rendez-vous au café de Forks. Quelque chose d’important s’était produit, elle ne se déplaçait pas pour rien. Même si les deux vampires étaient très proches. Il raccrocha puis se remit à courir le plus vite possible. Il rentra quand même chez lui, juste le temps de prendre une douche, pour ôter cette odeur persistante de sang frais.

Cette fois il prit sa Volvo, roulant, comme à son habitude, très vite par rapport à la normale, il ne se faisait aucun souci, il avait une parfaite maîtrise de son véhicule. Après quelques petites minutes de route, il arriva enfin vers le centre de Forks, il trouva rapidement une place de parking, puis se dirigea vers le café. Il poussa la porte, apercevant son reflet dans la porte vitrée : il portait un jean bien coupé, une chemise noire, et ses chaussures habituelles qu’Esmée aimait tant. Les cheveux en bataille, ça n’enlevait rien à sa grande beauté. Les regards vinrent se poser sur lui, surtout lorsqu’il eut aperçu la silhouette fine de son amie, et qu’il commença à la rejoindre. Edward esquissa un sourire, amusé. Ils étaient tellement prévisibles ces humains. Maintenant il savait qu’il avait eu une très bonne idée en allant chasser. A présent il n’avait plus soif, et pouvait se comporter normalement, arborant ses yeux ambre, et quelque peu dorés. Il s’assit à la table de Sharon, en face d’elle. Il prit immédiatement possession de ses mains. Il voyait à son expression que ses impressions étaient fondées. Quelque chose s’était produit. Il laissa le silence régner quelques secondes, puis prit la parole, d’une voix douce..


Tu m’as beaucoup manquée, je suis content de te voir, même si je pense que les circonstances ne sont pas propices à des éclats de rire.. Qu’est-ce qu’il se passe ?

Il essayait de se focaliser sur sa bouche, sur les mains de la jeune femme. Il voulait qu’elle lui dise son problème, ce qui la rendait si triste. Il ne voulait pas l’apprendre en se promenant dans on esprit, mais c’était très dur, et presque impossible.. Parfois il aimait profondément son pouvoir, cette faculté, mais d'autres fois comme ici avec Sharon il le haïssait. Il aurait voulu pouvoir l'écouter se confier, et essayer de deviner par lui-même ce qui lui arrivait. Il trouvait que ce don enlevait une part d'intimité, de secret, d'amitié à leur relation. Mais il devait l'accepter malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
Sharon Stanford
Invisible Touch
avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 28
Localisation : Si près et si loin de toi
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Just wanna live
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Baby look at me, and tell me what you see

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Jeu 27 Déc - 0:31

Ses longs doigts pianotaient doucement sur la table. Elle avait hâte. Vous vous imaginiez peut-être que les vampires étaient tous des gens patients, bien comme il faut, qui n’élevaient jamais la voix, ne s’énervaient jamais et étaient très patients ? Raté. Sharon n’était pas de cette trempe. Peut-être que cela viendrait au fil des années. Mais pas pour l’instant. Elle se perdit dans la contemplation de ses ongles pour ne pas craquer. Ses ongles qui martelaient lentement la surface de la table. Méthodiquement. Presque trop calmement. Il fallait qu’elle attende. Malgré la douleur sourde qui grondait en elle. Elle garda les yeux baissés. Elle ne voulait pas voir les gens autour. Elle les sentait. Elle les haïssait. Eux pouvaient avoir une vie normale. Elle, non. Ce n’était pas juste. Elle n’avait rien demandé. Se calmer, il fallait qu’elle se calme. Elle se força à décontracter doucement ses épaules finement musclées, rejetant sa chevelure blonde en arrière. Puis nota mentalement d’éviter de recommencer avant que le mec assis à la table suivante ne fasse un infarctus. Ses yeux avaient fini par glisser sur lui. Pour le plus grand bonheur du type. Elle se maudit intérieurement. Son impatience augmenta. Pitié, qu’il arrive. Avant que le gars ne trouve le courage nécessaire pour se lever et venir s’asseoir en face d’elle. Pitié … Et, contre toute attente, elle sentit que ses prières étaient exaucées. Sans le voir, au moment même où il passa la porte.

Son regard s’éclaira immédiatement et elle leva les yeux vers lui, le dévorant du regard, comme pour rattraper le temps perdu. Il était tel que dans ses souvenirs … ce qu’il lui avait manqué … Elle l’observa attentivement louvoyer avec grâce entre les tables pour finir par s’asseoir à la sienne. Elle ne put s’empêcher de noter l’air désespéré du mec de derrière, qui venait sans doute de se dire que c’était foutu, qu’il n’y avait aucun moyen de rivaliser avec un mec pareil. Et il avait raison. Edward n’avait pas son pareil à travers le monde. Mais ce n’était pas à son pourtant incroyable physique que la vampire pensait, mais à ce pourquoi elle l’aimait tant : ce qu’il était réellement, ce que les gens ne voyaient pas au premier coup d’œil. Un être profondément bon, altruiste et gentil. Le meilleur ami dont toutes les filles rêveraient. Elle l’avait. Oui, il fallait au moins reconnaître ça à sa vie d’immortelle. Elle avait gagné le meilleur ami idéal. Pas très présent, peut-être, mais cela lui suffisait en temps normal. La tête penchée sur le côté, elle le regardait, simplement. Elle le laissa prendre ses mains, les pressant doucement, perdue dans son regard ambré. La magie Edward avait encore frappé. Le monde autour n’existait plus. Son être se remplit doucement d’une sensation de bien-être profond. On venait de lui rendre une partie qui lui manquait. Simple et pure amitié qui réchauffait sa si froide existence. Elle savoura le silence sobre qui s’était doucement installé. Il n’y avait pas besoin de mots pour qu’elle lui exprime à quel point il lui avait manqué. Elle se rendait compte à quel point elle tenait à lui. A quel point les liens qu’ils avaient noué étaient forts. Et elle l’en remercia d’un simple sourire. D’être là. D’être lui.

Il finit par rompre le silence. Elle ne lui en voulut pas le moins du monde, même si cela la ramenait à … ses états d’âme. La raison de sa présence ici. Elle aurait voulu que ça dure encore un peu. Mais non. Elle lui devait une explication :


Toi aussi tu m’as manqué … Enormément.

Il fallait qu’elle le lui dise. Juste. Elle lui offrit un petit sourire. Qu’elle savait être le dernier qu’elle pourrait produire sur l’instant. Doucement, elle rompit le contact visuel, baissant légèrement les yeux. Elle essayait de trouver la force de parler. Elle ne lui enleva pas ses mains, même si en temps normale, elle aurait rassemblé ses longs cheveux avant d’arriver à dire quoi que ce soit. Parce que son contact l’aidait. Il était là, elle l’avait trouvé. Tout allait bien. Ou presque. Elle se mordit la lèvre du bas, se perdant dans les rayures de la surface de la table. Il y avait la facilité. Lui dire d’aller lui-même voir. Mais elle ne voulait pas. Ç’aurait été lâche. Alors, elle prit sur elle. Une inspiration. Et ces mots, qui sortirent doucement de ses lèvres pourtant, mais la blessèrent comme autant de lames de rasoir.

Mon frère est à Juneau.

Ses lèvres se refermèrent quasiment immédiatement. C’était impressionnant comme juste quelques mots pouvaient la chambouler. Parce qu’ils s’accompagnaient d’une multitude d’images. Des souvenirs, de quand elle était humaine. Son frère la prenant dans ses bras, la serrant contre lui. Toujours là, souriant, protecteur. et les nouvelles. Le doyen prononçant son nom. Elle, croisant son regard sans y croire. Leur discussion, après. Et les autres fois … Tous les cours de préparation qu'il lui avait donnés. Son match de baseball auquel elle avait assisté. Sans qu'il le sache. La fois où elle l'avait croisé en boîte. Toutes les nuits qu'elle avait passé à côté de son lit, à juste le regarder dormir ou à pleurer. Lentement, elle se força à relever les yeux et à les plonger dans ceux d’Edward, l’autorisant ainsi à entrer dans son esprit pour y lire ce qu’elle n’arrivait pas à exprimer. La tristesse. De le revoir. De se rappeler son ancienne vie. Ce qui aurait pu être sa mort. De ne pas pouvoir lui tomber dans les bras. De devoir le regarder de loin. De se dire que plus rien ne serait jamais comme avant. La peur. De lui faire du mal sans le vouloir. Que son clan l'aprenne et le tue. Ou le transforme. Qu'il se rende compte de qui elle était vraiment... Une larme traîtresse perla au coin de son œil droit. Elle serra les dents un peu plus fort. Alors qu’elle se forçait à tout revoir en détail, pour qu’il puisse tout revoir. Elle n’avait pas la force de le lui dire. Elle se serait effondrée. Mais elle s’en voulait, elle savait qu’il ne voulait pas de ça entre eux. Ça gâchait un peu tout. Mais, là … Elle ne pouvait pas. Vraiment. Et elle voulait s'en excuser. Chose difficile, mais nécessaire.

Désolée, mais c’est trop dur …

Sa voix avait réussi à rester ferme jusqu’au bout. Mais elle n’avait pu en dire plus. Pour l’instant du moins.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwartswiggenweld.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Jeu 27 Déc - 12:13

Edward voyait l’ampleur de leur amitié dans les yeux de Sharon, lorsqu’il il était arrivé, son visage s’était illuminé, elle s’était relevée, et lui avait sourit. Il pouvait le sentir, en quelques mois ils étaient devenus aussi proches et peut-être même plus que des amis de longue date. Le coup de foudre amical doit exister. Une amitié de ce type-là devient vite ambiguë pour le commun des mortels, mais pas pour eux, pas pour Edward, même sans entrer dans l’esprit de Sharon, il le savait, ils s’aimaient oui, mais pas comme il aimait Bella. Et ça ne changerait jamais. De toute façon, il voyait bien que Sharon n’était pas encore prête à aimer, pour cela il faut pouvoir faire confiance, et elle n’était pas en mesure de le faire à cause des cicatrices toutes fraîches de son passé. Quelque part, en la voyant, il se sentait coupable, coupable de ne pas avoir été présent, coupable de ne pas avoir vécu ça avec elle, il n’avait pas pu l’aider, et il aurait voulu le faire. Il se rattraperait maintenant mais il était un peu déçu de lui-même. En même temps il ne s’appelait pas Alice Cullen, il n’avait pas de prémonitions, et puis c’était une partie mouvementée de sa vie, il avait failli se tuer, il avait cru perdre Bella, et après tout s’était enchaîné, les loups-garous, les nouveaux-nés, Victoria, ensuite l’annonce du mariage. Oui les journées du vampire avaient bien été remplies. Mais il se disait que dans six petits jours, il allait la retrouver, en Alaska, à Juneau. Il serait prêt d’elle, et accompagnée de sa jeune femme. Et rien ne les séparerait. Plus les jours passaient, et plus il se disait que l’Alaska n’était pas une si mauvaise idée, et puis après quelques temps en tant que vampire Bella pourrait revoir ses parents, ses amis, bon peut-être pas Jacob mais ça c’était un autre problème.. Il espérait que ce loup ne viendrait pas tout gâcher, ou alors il ne répondrait plus de ses actes..

Il gardait ses doigts enlacés avec ceux de son amie, l’observant toujours, mais forçant son esprit à ne profaner celui de Sharon. Il ne voulait pas, pas maintenant, pas dans ces circonstances,s il voulait se comporter comme un vrai ami, un vrai confident. Était-ce seulement possible ? Toute sa vie était anormale.., loin d’être banale certes. Il lui adressa un petit sourire lorsqu’elle lui répondit qu’il lui avait énormément manqué. Ils étaient vraiment sur la même longueur d’onde. C’était assez déboussolant, enfin surtout au tout début, on ne s’attend pas à une telle vague de confiance et d’amour aussi vite, aussi intense, aussi forte. Pour ça Edward était flatté, et puis ça lui prouvait que leur amitié durerait, Sharon n’avait pas hésité à lui faire confiance, à se confier à lui, alors qu’ils se connaissaient à peine, et ce fut la même chose pour Edward. Durant son exil, il lui avait parlé de toute sa vie, de Londres à Forks, bien sûr il s’était plus confié par rapport à Bella, parce qu’il manquait d’exploser s’il n’en parlait pas. Mais là il hésitait, il se demandait s’il devrait dire à Sharon qu’il avait tenté de se suicider. Que penserait-elle de lui ? Mais il ne lui mentirait pas.. Tant pis.

Il observait chaque mouvement, comme il s’était interdit de regarder les images de son esprit, il essayait de trouver des indices dans son attitude, ses gestes. Bon il n’était pas vraiment doué, il n’avait jamais fais ça. Tout ce qu’il réussissait à comprendre c’est que ça devait être très grave, mais c’était un peu pathétique, alors il patienta, il laissa le temps nécessaire à Sharon. Il voulait aller à son rythme et ne pas la brusquer. Quelques minutes plus tard, elle se décida à lui dire quelque chose. Il l’écouta avec attention, ne voulant perdre aucun mot. Mais il ne dit pas grand-chose, juste assez pour qu’Edward comprenne dans quel état elle était et quelle situation elle vivait. Il baissa la tête un instant puis la releva et fixa ses yeux à ceux de son amie.


Il t’a reconnue ? Comment est-il arrivé jusqu’à toi ?

Mais Edward vit que c’était devenu impossible pour elle d’en parler. Il comprenait, il ne lui en voulait pas, il savait à quel point c’était dur et surtout extrêmement douloureux pour elle. Il vit dans son regard qu’elle l’autorisait à vagabonder dans ses pensées et les images qu’elle gardait. Alors il rouvrit la porte qu’il avait vainement tenté de fermer, et se laissa aller, il entendit le nom de son frère, Josh Stanford, puis il le vit, il le reconnut immédiatement, Sharon lui en avait tellement parlé. Il était tel qu’elle lui avait décrit. Il voyait Sharon effondrée, hurlant, pleurant. Il n’aimait pas la voir dans cet état. C’était une vision insupportable, comment on pouvait laisser des gens souffrir autant ?! C’était inhumain, mais ils n’étaient plus humains.. Il vit ses peurs, cette peur de lui faire mal, de le tuer malgré elle, Edward se reconnaissait en cela. Il se revoyait avec Bella, lorsqu’elle le poussait régulièrement sur ses retranchements, devenant de plus en plus entreprenante. Et lui tiraillé entre deux sentiments, mais à chaque fois la peur et la raison l’emportaient. Pourtant il lui avait promis, après le mariage il devrait passer outre ses craintes. Il vit une larme perler sur le beau visage de Sharon, il lui essuya la joue doucement, sentant à son contact la peau de son amie, pour lui elle n’était pas froide, non leurs corps avaient la même température, et il ne sentait aucune différence. Il l’entendit parler, la voix ferme. Il hocha la tête. Il hésita, puis se leva, et alla s’asseoir sur la chaise qui se trouvait à côté d’elle, il l’entoura de ses bras, et la serra doucement, passant sa main dans ses longs cheveux.

Je suis là, maintenant. Et pour pas mal de temps. Nous allons nous marier, Bella et moi, et dans six jours, nous partons à Juneau. Je serai là-bas avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
Sharon Stanford
Invisible Touch
avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 28
Localisation : Si près et si loin de toi
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Just wanna live
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Baby look at me, and tell me what you see

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Ven 28 Déc - 0:59

Revivre tous ces instants la tuait. Encore une bonne blague à laquelle elle aurait rit si elle avait été en état. Elle aurait tout donné pour être morte, quand elle avait revu son visage. C’était pire que la mort. Pire que tout ce qu’elle avait pu endurer jusque là, et ce n’était pas peu dire. Le retrouver alors que rien ne pouvait plus être comme avant, ce n’était pas de la cruauté, c’était pire que ça. Ça ne devrait même pas être permis. Si l’on avait pu tout effacer, revenir en arrière … Elle ne se serait pas inscrite à l’Université. Elle serait partie, loin, très loin, elle aurait même peut-être accepté l’offre des Volturi. Oui, plutôt tuer des humains que de devoir affronter la douleur. C’était lâche, c’était égoïste, mais elle avait trop souffert. Et, ça, ça c’était pire que tout. La pire des crasses que cette putain d vie avait pu lui faire. S’il y avait quelqu’un là-haut, elle avait sans doute dû gravement l’offenser, sans savoir comment d’ailleurs, mais il avait une sérieuse dent contre elle. Il était décidé à lui pourrir son existence. Non, mieux que ça, il lui avait volé sa vie et entachait son immortalité à présent. Oui, elle aurait souhaité la mort. Tout plutôt que ça. Mais elle avait décidé de continuer à vivre. Pour lui. Même si elle disparaissait, il ne renoncerait pas à son obsession. Trouver les vampires. Et elle ne pouvait pas le laisser faire. C’était trop dangereux. Comme pour elle de tout se remémorer. Son sourire. La chaleur de sa voix. L’éclat de ses yeux. La façon qu’il avait de l’appeler au détour d’un couloir. Son jeu. Le regard désapprobateur qu’il lançait à son ami Pete qui essayait de la draguer. Son écriture, qu’elle affectionnait tout particulièrement, sur les feuilles qu’il lui donnait pour les cours. Sa façon de rester sur son lit, à potasser tout ce qu’il savait sur le surnaturel. L’attitude qu’il avait, quand il dormait. Et tous les sentiments que tout cela éveillait en elle. Elle se revoyait, hurlant comme elle l’avait rarement fait, de douleur, dans le jardin de la propriété Denali. Pleurant silencieusement à son chevet. Se mettant en colère pour un oui ou pour un non. Envoyant bouler Lali. Tanya. Et tous les autres qui avaient eu le malheur d’essayer de l’approcher. Elle se haïssait de faire ça. Mais elle était dans un état lamentable. La voiture. La vitesse, si salvatrice d’habitude, qui n’avait servi à rien. Et pour finir, son arrivée au bar. Et lui …

Elle avait vrillé son regard dans celui d’Edward. Si elle revivait tout cela, c’était uniquement parce qu’elle n’avait pas la force de le lui dire. Mais le revoir, avec tant de précision, n’était-ce pas encore plus cruel, encore plus douloureux ? peut-être. Mais c’étaient ses pensées, et elle pouvait les contrôler. Elle ne serait rien arrivée à lui dire, elle aurait fondu en larmes comme une idiote sans rien arriver à dire. Elle s’en voulait, de ne pas être assez forte pour lui éviter ça. C’était un accord tacite, rien n’avait été dit, mais elle savait à quel point il répugnait au vampire de vagabonder dans ses pensées. Ça faussait la donne en quelque sorte, puisqu’elle n’avait pas accès aux siennes. Mais bon, chacun son truc, lui ne pouvait pas se rendre invisible … Il n’avait qu’à prendre ça comme un service qu’il lui rendait. Oh, elle s’en voulait. Encore une fois, ce sentiment de vulnérabilité et d’impuissance l’envahit. Ses mains tremblèrent dans celles d’Edward. Immortelle, belle, puissante, elle ne s’en sentait pas moins fragile et si aisément blessée … peut-être cela viendrait avec l’âge … Elle ne le savait pas. Il pourrait le lui dire, peut-être. Non, si c’était pour avoir une réponse négative, ce n’était pas la peine. Elle attendrait. Il n’empêchait qu’elle avait tout, psychologiquement du moins, de la petite fille perdue, qui appelait ses parents au secours dans son lit après avoir fait un cauchemar. Sauf qu’elle n’était plus une petite fille. Et qu’elle ne pouvait pas appeler ses parents au secours. Ils la croyaient morte. Elle avait appelé son meilleur ami en renfort. Et s’en sentait mal. Pas seulement pour la manière dont elle lui présentait la problème, mais aussi pour avoir débarqué sans prévenir. Elle n’avait pas eu de nouvelles de lui depuis très longtemps, il devait sans doute être occupé, elle ne lui en avait pas tenu rancune. Au contraire, elle se sentait mal d’avoir débarqué soudain sans prévenir. Et enfin, non, ce n’était pas un cauchemar, c’était la réalité. Ce qui était pire que tout à se dire.

Elle avait fini son récit psychique. Il semblait avoir fini aussi. Elle restait là, incapable de parler, juste les yeux plongés dans les siens. Et, sans prévenir, une des mains d’Edward se dégage doucement des siennes et essuya la larme traîtresse qui avait fini par couler. Son geste la prit au dépourvu. Elle dut se mordre la lèvre pour ne pas craquer. C’était tellement bon de le retrouver, de l’avoir, là, assis en face d’elle. De pouvoir parler à quelqu’un. Enfin, « parler », tout était relatif. Disons de pouvoir partager tout ça. Comme quand ils s’étaient rencontrés. C’était ce à quoi lui faisait penser ce simple contact. C’était exactement comme cette fois-là. ils n’avaient pas mis longtemps à déballer leurs problèmes, même si ce n’était ordinairement le genre ni de l’un, ni de l’autre. Et elle avait commencé à pleurer. Et il avait eu ce même geste. Débordant d’amitié, qui avait fait chavirer la jeune femme. Vampire. C’était doux, c’était agréable, et c’était sans arrière pensée. Comme leur relation. De l’étoffe la plus pure. Un léger sourire perla au coin de ses lèvres. Une esquisse, une ébauche, mais il était là. représentant la flamme qui s’était allumée au fond d’elle, allumée par son amitié. Et, soudain, il fut à côté d’elle, la prenant dans ses bras. Ce qui ne la dérouta pas outre mesure. C’eut pour effet de multiplier les larmes dans ses yeux, et bientôt, sur ses joues. Tristesse, reconnaissance et pur bonheur se mêlaient, formant un amalgame des plus étranges. Ses bras se passèrent autour de ses épaules, et elle posa sa tête sur son épaule, doucement. Et, comme si cela ne suffisait pas, il parla. Et ce qu’il dit la fit se sentir instantanément mieux. Tout était relatif. Mais il y avait une amélioration suffisante pour être soulignée.


Félicitations …

Elle arrivait à dominer ses larmes, et sa voix était chaleureuse. Ils avaient finalement réussi, Bella et lui. Ça ne pouvait que l’enchanter au plus haut point. Elle savait à quel point il était épris de la jeune fille, et la nouvelle lui réchauffa le cœur. Elle le serra doucement.

C’est merveilleux, je savais que tu y arriverais …

Elle le lui avait dit, quand il lui avait expliqué le problème. De ne pas renoncer. Que l’amour serait toujours le plus fort. Et finalement, elle avait eu raison. Mais il y avait encore mieux … Il venait en Alaska. Ça … c’était plus beau que n’importe quoi. Elle pourrait le voir, presque tous les jours, ou même tous les jours, ou tout du moins dès qu’elle le voudrait. Ils ne seraient plus séparés par des milliers de kilomètres qui rendaient les séparations longues et insupportables … Elle se décolla légèrement de lui, pour pouvoir plonger son regard dans celui de son ami, et lui offrir un sourire, encore un peu tremblotant, certes, car les paroles n’effaçaient en rien ce qu’elle ressentait, et les souvenirs qu’elle avait fait remonter restaient à la surface.

Et tu viens … C’est presque trop beau pour être vrai. Je suis … heureuse. Comblée au-delà des mots …

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwartswiggenweld.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Ven 28 Déc - 13:17

Edward était soufflé par tout ce qu’il avait vu, senti, ressenti. Il détestait al savoir en danger, mais là c’était encore pire, parce que lorsqu’elle avait quelqu’un aux trousses, elle lui réglait son compte facilement, de différentes façons selon la nature de la personne, certes. Ce n’était pas dans son habitude de tuer des humains. A ce moment là, Edward se sentait impuissant face à cette situation, il ne savait pas comment faire pour qu’elle aille mieux, comment l’aider, comment lui rendre son sourire.. Il se sentait inutile, empoté, et bête. Il la voyait tellement faible et vulnérable, comme la première fois, à eux deux, ils auraient pu ouvrir un centre psychiatrique, ou encore les malades anonymes..! Après plusieurs jours de « confession », on peut dire que les deux amis avaient quand même remonté un peu leur propre pente, Edward avait alors découvert une Sharon pétillante, joyeuse, chaleureuse, heureuse de vivre malgré toutes les épreuves qu’elle avait traversé. Il avait été agréablement surpris, et c’était dit que la vraie Sharon c’était celle-là. Mais celle qu’il voyait aujourd’hui était une autre partie intégrante d’elle-même. Seulement il était complètement pris au dépourvu. Il avait peur de la blesser, d’être maladroit. Mais lorsqu’il croisa son regard et qu’il aperçut son petit sourire, il sut qu’il n’avait pas besoin d’un manuel pour la réconforter, ça venait tout seul. Il lui suffisait d’être lui-même,c’était ça qu’elle voulait, qu’il se comporte comme l’ami qu’il était, qu’il soit Edward Cullen tout simplement. Et ça il était tout à fait capable de l’être, cela faisait plus de cent ans qu’il se comportait en Edward, il avait beaucoup (trop ?) d’expérience dans ce domaine. Mais ce qu’il voyait dans l’esprit de son amie l’effrayait, il sentait son désir de quitter ce monde, il voyait l’image du clan des Volturi, buvant le sang d’humains, et dedans il y voyait Sharon, il la voyait imaginer toutes les solutions. Non ! Il ne fallait pas qu’elle pense à ça, il ne fallait pas que son esprit accepte ces images immondes. Edward en avait fait l’expérience, bon d’accord si Bella n’était pas venue le chercher, il ne dirait pas ça, il ne penserait pas ça. Mais peut-être que ça lui avait ouvert les yeux. Pourtant, il se disait toujours que si cette situation venait à recommencer, il referait la même chose. Si Bella le quittait un jour, il irait trouver les Volturi, et ferait tout pour avoir ce qu’il était venu chercher la première fois. Sans elle la vie était bien trop amère, il aurait les souvenirs de ce bonheur intense, et ils seraient bien trop douloureux, et en même temps elle serait très fade, parce que la seule sa veut qui avait réussi à faire chavirer son cœur ne serait plus auprès de lui. Bien sûr il resterait sa famille, et Sharon, mais il ne supporterait pas de vivre sans l’amour de sa vie. Il ne pourrait pas, il ne serait qu’une loque. Alors même s’il n’approuvait pas du tout les visions de son amie, il la comprenait parfaitement..

Il la gardait contre lui encore et encore, c’était tellement bon de la retrouver, de pouvoir la serrer dans ses bras, de pouvoir la sentir près de lui, de lui parler, de lui sourire. Et même si le contexte de sa venue ici était très douloureux, le vampire était vraiment très heureux de la revoir. Il ne lui avait rien dit pour Juneau pour lui faire la surprise en arrivant là-bas, avec sa Bella, mais maintenant cela permettait à Edward de mettre du baume au cœur à Sharon, alors il le faisait, il lui avait dit,parce qu’il était bien trop content et excité, parce qu’il voulait la faire penser à autre chose, la faire sourire, voir ses yeux briller et pétiller de joie. Il la laissa pleurer contre lui, resserrant encore son étreinte, caressant ses cheveux doucement. Les autres client du café ne cessaient de les regarder, Edward sentait leurs yeux, il lisait leur jalousie, leur envie, mais Edward n’en avait rien à faire, il se concentrait sur Sharon, et c’est tout. Il sentit qu’elle allait mieux lorsqu’il se mit à parler, il ne comprenait pas vraiment quel pouvoir il avait sur elle, sur elles. Parce que pour Bella c’était la même chose, dans un autre contexte certes, mais elle réagissait de la même manière, il suffisait que le vampire touche sa peau, effleure ses lèvres, lui murmure des mots, lui sourit pour qu’elle oublie tous ses soucis, et qu’elle se mette à sourire, heureuse. Parfois il avait peur que sa beauté soit l’unique cause de sa « magie », mais Bella ne pourrait jamais autant l’aimer rien que pour son physique, tout du moins il l’espérait fortement mais au fond il savait que sa beauté n’était que l’amorce de leur histoire. Et puis il connaissait Sharon, pour elle l’apparence n’avait pas d’importance, amicalement parlant. Ça le rassurait.

Il l’entendit la voix chaleureuse de son amie le féliciter. Un sourire radieux vint se loger sur les fines lèvres du vampire. Ça comptait beaucoup pour lui qu’elle le prenne bien, et aussi bien. Il l’écouta parler, hochant la tête, puis attendit de voir sa réaction par rapport à ses dernières phrases. Comme il l’avait espéré, elle était comblée, et Edward avait trouvé une autre manière de lui remonter le moral. Il se recula un peu en même temps qu’elle, il la regardait dans les yeux, affichant un magnifique sourire.


Oui tu avais raison, mais tu ne sais pas tout. De toute façon on aura le temps de se raconter tout ce que l’autre a manqué. C’est une merveilleuse nouvelle. Et puis j’aimerais t’inviter à la cérémonie, ça me ferait très plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Sharon Stanford
Invisible Touch
avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 28
Localisation : Si près et si loin de toi
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Just wanna live
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Baby look at me, and tell me what you see

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Sam 29 Déc - 14:05

Elle luttait, en profondeur. Pour refouler les moments qu’elle avait resortis pour qu’il comprenne sans qu’elle ait à parler. Et quelque part, elle s’en mordait les doigts, parce qu’elle devait les revivre encore et encore maintenant. Elle n’arrivait pas à les refouler derrière la barrière de sécurité qu’elle avait aménagée. Maintenant qu’ils étaient revenus à la surface, ils voulaient y rester. Peut-être aurait-elle du finalement trouver la force de parler. Non, ç’aurait été pareil, ils seraient revenus. Doucement, avec une patience infinie, qui ne lui ressemblait pa,s un calme olympien, qui n’avait rien à faire dans son esprit dans de pareilles circonstances, elle s’évertuait à ré oublier, ou plutôt à passer à autre chose. Rien dans son attitude ne le laissait voir. Mais elle voulait passer à autre chose. Il savait maintenant, il n’y avait plus lieu. Et elle voulait qu’il lui parle de Bella et lui. Elle ne voulait pas qu’ils s’attardent sur son cas. Elle avait besoin de l’entendre. Elle détestait se plaindre, parler de ses problèmes, sauf avec lui, et encore, à petites doses. Et puis elle voulait se dire que le bonheur existait quelque part. son ami en était visiblement l’incarnation vivante. Attendez, il était gentil, attentionné, d’une beauté à couper le souffle, il avait trouvé l’amour de sa vie, avait une famille formidable … Il était tellement différent de celui qu’elle avait rencontré en Alaska, il y avait déjà plus d’un an de cela. Enfin, elle aussi. Quoi que … non. Aujourd’hui, elle ressemblait trait pour trait à la gamine paumée qui avait échoué chez les Denali sans trop savoir comment. Et qui s’était immédiatement réfugiée dans la bibliothèque. Où il y avait déjà quelqu’un. Lui. Et tellement pas lui, en fin de compte …Elle se rappelait encore chacun de ses traits, ravagé par le doute, la souffrance, la peur. Elle se rappelait le silence. Ses mains, crispées sur le livre qu’il feignait sans aucun doute de lire. De ses yeux, incertains, qui avaient rencontrés les siens. De cet instant, où tout avait paru se figer. Ç’avait été immédiat. Une reconnaissance mutuelle. Quelque chose de non qualifiable. Juste… ils savaient. Qu’ils ne s’étaient pas trouvés là par hasard, aussi démontés l’un que l’autre. Qu’ils devaient se rencontrer. Point. Et ils avaient discuté. Doucement, d’abord, hésitant un peu à se confier. C’était tellement inattendu et tellement fort que ç’avait effrayé Sharon. Mais ils n’étaient pas ressortis de la bibliothèques avant plusieurs jours. Ils étaient partis chasser tous les deux.

Ça semblait tellement loin et tellement proche à la fois. Tellement loin si on le regardait lui. Tellement proche si on la regardait, elle. Non, en fait, c’était loin. Car elle était loin du niveau de douleur qu’elle avait pu atteindre à cette triste époque. Rien ne l’avait fait autant souffrir. Mais il fallait penser à autre chose, vite. Elle ne voulait pas inquiéter Edward, même si c’était sans doute déjà fait. Ne pas l’inquiéter encore plus dirons-nous alors. Penser à autre chose. Sa venue à Juneau par exemple. Ça, c’était un cadeau du ciel. Elle n’en avait jamais demandé autant. Déjà le rencontré avait sans doute été trop, mais ça … Et voir son bonheur, la façon dont il rayonnait, dont il irradiait, cela lui réchauffait son petit cœur en miettes d’une façon phénoménale. Elle était juste heureuse pour lui. Il le méritait. Mais une ombre ternit le sourire qu’elle lui avait offert. Ce « tu ne sais pas tout » ne lui disait rien qui vaille. Sans savoir pourquoi. Enfin, déjà, elle se doutait que ç’avait du être très difficile pour lui de se contrôler, et que ça devait ‘être encore aujourd’hui. Ensuite, il avait eu ces rumeurs, dans tout le clan. Sur Laurent, ce vampire qui était venu les voir. Dont Irina avait été … proche. Les loups garous l’auraient tué. Sharon n’avait pas trop fait attention à ça, après tout, Laurent n’avait été qu’un visage pour elle. Et des mains qui avaient d’abord essayé de se poser sur elle. Le fait qu’il soit mort ne l’avait pas du tout émue, contrairement à pal mal d’autres. Mais maintenant qu’elle y repensait … et si tout cela avait quelque chose à voir avec la dernière fois ? Elle savait pas mal de choses, apprises lorsque les Cullen avait qui Forks. Elle se rappelait son inquiétude à l’époque, avoir essayé de contacter Edward, sans succès. Il y avait tellement de choses qu’elle avait du deviner par elle-même, de choses qu’elle s’était imaginées … Elle voulait savoir. Elle se rappelait, toute son inquiétude. Mais il l’avait appelé, une fois, lui disant qu’il allait bien, que c’était un peu compliqué mais qu’il la rappellerait plus tard. Il n’avait pas rappelé. Mais elle se doutait qu’il devait avoir pas mal de problèmes. Alors elle avait attendu. Jusque là. mais tout ce temps à se ronger les sangs (oulah, mais décidément, qu’elle était drôle !) venait de lui revenir en mémoire et se traduisait par cette ombre dans son sourire.


Oui, il faudra que tu me racontes. Tout. Sans omission. Mais on a tout le temps …

Elle doutait que ce soit l’endroit. Ils auraient pu se mettre en plein milieu de la ville et crier leur conversation, cela n’aurait pas eu d’effet différent. Tous les regards ou presque étaient posés sur eux. Envieux. Tellement prévisible. Mais ils ne comprenaient pas. Et cela n’avait pas la moindre importance. Seul comptait ce moment, après, ce que les autres pensaient, elle s’en fichait. Le sourire lui revint rapidement cependant à son invitation. Une étincelle s’alluma dans ses yeux, alors qu’elle lui répondit :

Rien ne me ferait plus plaisir …

Réfléchit deux secondes à voix haute, mais comme pour elle-même.

Tu m’as dit que vous partiez pour Juneau dans six jours, la cérémonie a donc lieu bientôt. Je pense que je vais rester, cela ne servirait à rien que je reparte.

Et elle n’en avait pas le courage, mais ça, elle ne le dit pas. Elle était sûre qu’il le comprendrait seul en plus.

Tu aurais un hôtel à me conseiller ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwartswiggenweld.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Sam 29 Déc - 16:20

Edward était tiraillé par deux sentiments, deux états. Le premier c’était la compassion, Sharon était comme une sœur pour lui, une vraie sœur, même s’il n’y avait aucun lien de sang, c’est comme ça qu’il qualifiait la jeune vampire tout au fond de son être. Ils étaient beaucoup plus proches que Rosalie et lui qui était pourtant sa sœur « adoptive ». Mais le lien qui l’unissait à Sharon était d’une tout autre nature, et bien plus important, même s’il aimait Rose. Depuis qu’il avait rencontré Sharon, il savait qu’il ne pourrait plus jamais se passer d’elle, sur ce point-là, c’était la même chose que pour Bella. Même s’ils ne s’étaient pas rencontrés en boite de nuit, ou à la plage, non ça ne leur ressemblait pas, leur rencontre avait suivi leur tempérament, leur nature, et leurs besoins. Dès qu’il l’avait vu, les yeux rougis, respirant bruyamment, tremblante, et frissonnante, il avait su que sa venue à Juneau n’était pas anodine, et le fait qu’ils se rencontrent à la bibliothèque n’avait rien d’une coïncidence, de toute façon Edward ne croyait pas vraiment au hasard. Puis ils s’étaient parlé, ils s’étaient confié, durant des jours entiers, et parfois même des nuits au coin du feu. Ils passaient leurs journées ensemble, ils étaient la bouée de sauvetage de l’autre, Sharon avait même réussi à le faire rire. Le pouvoir d’Edward avait beaucoup servi, il était allé au-delà des mots plus d’une fois, découvrant les pires moments de sa vie, mais il ne vagabondait dans son esprit que lorsqu’elle le lui autorisait. Il ne voulait pas violer son intimité, il savait à quel point elle était précieuse à son propriétaire. Durant ces mois, on aurait dis deux anciens amis qui se connaissaient depuis toujours et qui se retrouvaient des années plus tard. Comme ces réunions étranges des anciennes classes de fac. Il avait trouvé la personne qui lui ferait oublier, quelques temps, ses problèmes et sa douleur. Même si Sharon n’avait pas énormément d’expérience en tant que vampire, elle était encore très jeune, il avait découvert une personne très mûre et réfléchie, qui savait écouter et donner de bons conseils. A la fin de l’exil d’Edward, les deux vampires n’avaient même plus besoin de mots pour comprendre ce que ressentait l’autre, bon d’accord Edward trichait un peu avec son don, mais il y a des chose qui dépassent les mots, et n’oublions pas que le jeune Cullen n’a pas la faculté d’empathie, pourtant en regardant Sharon dans les yeux il arrivait à comprendre certaines choses, qu’il n’aurait jamais pu rencontrer en lisant son esprit. Il faut dire qu’il avait de l’expérience en « analyse physique », il s’était exercé avec Bella, en essayant de savoir à quoi elle pensait. L’esquisse de son arrivée à Juneau le mettait dans un état d’excitation intense, il était tellement pressé, tellement heureux, tellement.. Il était excité à l’idée de chasser de nouveau à Sharon, excité et pressé de présenter Bella à son amie, tellement heureux en se disant qu’il allait bientôt se marier et vivre avec la femme qu’il aimait plus que tout au monde. A présent que Sharon était près de lui, tous ses doutes et ses questions s’étaient envolées. Il se sentait léger, serein, il savait qu’il pourrait lui parler de tout, et qu’elle serait là pour le soutenir à chaque moment. Tout comme lui le ferait.

Ne t’inquiètes pas, je te raconterai tout, sans exception. Même si certains passages ne sont pas très glorieux, et que je n’en suis pas très fier. Mais tu sauras, je te le promets.

Il lui adressa un sourire chaleureux, enlaçant de nouveau leurs doigts si fins, ensemble. Edward l’écouta gardant son sourire sur ses lèvres rosées. Il était content de voir qu’il pouvait partager son bonheur avec elle, sans qu’elle se sente mise à l’écart, ou trahie. Edward se disait que Bella et Sharon s’entendraient à merveille, et puis son amie pourrait peut-être devenir une confidente pour sa future épouse, il savait que Miss Swan avait quelques problèmes de sociabilité avec les humains, mais il avait déjà remarqué qu’elle se débrouillait à merveille avec les créatures fantastiques, telles les vampires, ou encore les loups-garous, bien que ça déplaise fortement à son petit ami.. Mais que voulez-vous, il n’avait pas le droit de lui interdire de les voir, ils étaient aussi ses amis, et Edward ne voulait pas jouer au papa surprotecteur ou encore au petit ami extrêmement possessif et jaloux. Bon d’accord, il était jaloux certaines fois, c’était normal de ressentir cela, surtout lorsque Jacob se trouve dans les parages. Mais tout ça c’était sa punition, et il l’avait accepté pour le bien de Bella, et pour payer sa dette. S’il n’était pas parti, et s’il n’avait pas abandonné Bella, elle ne serait pas devenue aussi proche de ce sac à puces. Il ne devait s’en prendre qu’à lui. Edward sortit de ses pensées en entendant les dernières phrases de son amie. Il lui adressa un immense sourire. Il était très heureux qu’elle reste ici les jours précédant le mariage. Et puis il se disait que c’était la meilleure solution, elle vivrait loin de tous ses problèmes durant quelques jours, Edward espérait qu’elle se revigorerait à Forks. Il fit une grimace lorsqu’elle parla d’un hôtel. Il la regardait dans les yeux, tendrement.

Il est hors de question que tu passes ces quelques jours dans un hôtel miteux ou pas d’ailleurs. L’hôtel, tu oublies. Il y a assez de place chez nous pour t’accueillir convenablement. Je suis sûr que ma famille sera d’accord avec moi, et puis de tout façon ils n’ont pas le choix. Ça sera une bonne occasion pour te présenter les Cullen au complet !


Dernière édition par le Dim 30 Déc - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sharon Stanford
Invisible Touch
avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 28
Localisation : Si près et si loin de toi
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Just wanna live
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Baby look at me, and tell me what you see

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Dim 30 Déc - 0:05

Soulagée. Non, ce n’était pas le mot qui convenait. Rien ni personne ne pourrait la soulager du fardeau qu’elle venait de récolter. Un grand grand philosophe (Juan Taberner) a dit un jour : la vie, c’est comme si tu portais des seaux de merde et qu’il y avait toujours quelqu’un pour te les remplir. Elégance mise à part, cette citation reflète exactement la situation, pour tout dire. En fait, il semblait que tout au long de votre existence, on vous confie des fardeaux que vous êtes seuls à pourvoir porter. Même si des gens viennent sur ce chemin avec vous, qui par des sourires, des paroles, vous rendent cette charge moi lourde à porter. Mais le résultat reste le même. Vous la portez, et nul ne peut vous en soulager. Donc, non. Calme. Non plus, calme n’était décemment pas un adjectif qui pouvait qualifier Sharon. Le jour où Sharon sera calme … ce sera vraiment très, très grave. Un bouillonnement intérieur habitait la jeune femme de façon permanente, si bien que finalement, il n’était peut-être pas mauvais du tout pour Edward de se tenir à l’écart de ses pensées, elle ment elles tourbillonnaient, dansaient de façon effrénée dans son crâne. Sereine, alors. Difficile d’être sereine ces derniers temps pour la jeune femme. La sérénité était sensé être un état de plénitude .Et non, elle n’avait pas encore atteint ce degré de calme et de repos absolu. Comment le pourrait-elle, entre ses souvenirs qui ne lui laissaient aucun répit, son frère qui était de retour … impossible. Alors, non, sereine non plus. Apaisée. Apaisée serait le terme le plus correct dans son cas. Il conviendrait même très bien. En fait, c’était exactement pour ça qu’elle était venue. Edward avait ce don … Juste en la regardant, il la faisait se sentir mieux. Son amitié et son humanité, sa sympathie, sa chaleur lui réchauffaient doucement le cœur, la faisaient immédiatement se sentir mieux. Plus elle. C’était tellement simple, il n’avait qu’à être là, à lui sourire, à la regarder, à être là pour elle … Elle n’en demandait pas plus. même, à son humble avis, juste l’observer de loin, ou invisible lui aurait fait du bien. Elle avait besoin de lui, c’était simple. Il y avait des personnes comme ça, qui vous étaient indispensables. Pas beaucoup. Elle n’en connaissait que deux : Edward et Josh, son frère. Même si actuellement, la présence de l’un la remplissait de bonheur, et de l’autre, de sentiments contradictoires qui allaient de la plénitude à la dépression pure et dure. Mais maintenant, ça irait, elle le savait. La magie Edward avait fait effet sur elle, et c’était sans se forcer qu’elle lui souriait à présent.

Même si ses paroles firent se lever un de ses sourires parfaits, alors qu’une légère moue désapprobatrice se dessinait sur ses lèvres. Ça y est, son visage s’animait, elle redevenait elle-même. Comme si on passait du noir et blanc à la couleur. Et si le résultat était déjà éblouissant avant, il l’était encore plus maintenant. Le mec de la table en face laissa échapper un petit soupir. Sharon lui aurait bien adressé un sourire ravageur, un clin d’œil ou mieux, une moue interloquée, mais franchement, elle n’avait pas que ça à faire. Les paroles d’Edward l’inquiétaient quelque peu. Elle se demandait ce qu’elle allait bien pouvoir apprendre, et cela la terrifiait légèrement. Savoir que son ami avait pu être en danger ou commettre des actes la hérissait. Surtout qu’elle n’avait pas été là. comment aurait-elle pu ? Simple, en prenant la voiture. Mas son clan le lui avait interdit, pour une raison inconnu, jusqu’à il y avait peu de temps. Voilà pourquoi elle avait tant tardé. Elle culpabilisait d’autant plus.


Edward Cullen, je te jure que si tu as risqué ta peau sans m’en avertir, je … je quoi d’ailleurs ?

Elle se figea, le doigt pointé vers la poitrine du garçon, en pleine réflexion.

Je ne te lâche plus d’une semelle pendant les cent années à venir. C’est clair ?

Ç’avait été dit sur le ton de la plaisanterie, mais le cœur de l’idée était vraiment sérieuse. Elle ne le laisserait plus rien faire sans vérifier. Elle n’avait pas le don de sa sœur, dont il lui avait parlé, et qui était très connu et respecté dans le clan Denali, mais le sien lui permettait d’être au courant de pratiquement tout sans que personne ne le sache. Et Edward le savait. C’était loin d’être des paroles en l’air. Enfin, elle aviserait après la discussion qui s’imposait. Ne pas gâcher l’instant avec des pensées négatives.

Surtout quand on parlait du mariage. C’était formidable, elle en revenait à peine. Elle avait confiance, bien sûr, elle lui avait dit. Mais de là à savoir qu’ils allaient se marier. C’était fantastique, elle était tellement heureuse. Elle avait hâte de rencontrer la fameuse Bella. Sincèrement, elle souhaitait de tout cœur s’entendre avec elle et s’en faire rapidement une amie. D’après le portrait que lui en avait fait Edward, ça ne devrait pas être trop compliqué, ç’avait l’air d’être quelqu’un de parfaitement adorable, qu’on ne pouvait décemment pas haïr. Oui, la rencontrer au plus tôt et lui présenter tous ses vœux. Quoi d’autre ? Franchement, apporter son aide pour les préparatifs. Après tout, elle n’aurait sans doute jamais de mariage, et ça l’avait toujours fait rêver. Oh, et un problème de taille : comment diable allait-elle bien pouvoir s’habiller ? Dans son sac fait à la va-vite, il n’y avait rien pour une telle occasion ! Elle doutait qu’un blue jean ou une mini jupe fasse un très bon effet. Bon, faire les boutiques … Un grand sourire éclaira son visage. Que du bonheur. Décidément, elle ne regrettait pas le voyage. Vous la trouvez changée ? Normal. C’était comme ça qu’elle était, au naturel. Et elle avait réussi à dépasser sa tristesse. Alors, la voilà … Entremêlant doucement ses doigts à ceux d’Edward, elle pencha la tête sur le côté, fronçant légèrement les sourcils.


Chez toi ? Oh, non, je ne veux pas déranger, vous devez être occupés avec la cérémonie qui se prépare. Et puis je débarque, comme ça, à l’improviste et…

Elle se coupa net dans sa tirade en voyant les yeux de son ami. Elle referma la bouche, pinçant ses fines lèvres en un sourire en coin.

J’ai pas le choix non plus, c’est ça ? Bon, très bien. J’ai hâte de rencontrer ta famille, après tout ce que j’ai entendu sur elle. Je pourrais même aider pour la préparation du mariage, ça me ferait très plaisir. Mais … tu es sûr que ma venue à l’improviste ne dérangera pas ?

Elle se mordit doucement la lèvre. Elle se faisait un peu l'effet d'une intruse pour le coup...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwartswiggenweld.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Lun 31 Déc - 12:33

Une question, qu’Edward aurait dû se poser avant, vint lui occuper l’esprit. Il se demandait pourquoi Sharon restait chez les Denali. Edward savait qu’il avait énormément de mal à s’y sentir chez elle, et à s’intégrer au clan. Et puisqu’elle n’avait nul part d’autre où aller, le vampire se demandait pourquoi elle n’avait pas montré plus d’intérêt à rejoindre les Cullen, après tout ça serait possible. Elle n’aurait qu’à demander, Edward en parlerait à ses congénères, et il se disait qu’il n’y aurait aucun problème. Mais il n’avait pas envie d’imposer sa famille à son amie, après tout si elle n’avait rien demandé, cela voulait dire elle n’en n’éprouvai pas le besoin, et qu’elle se débrouillait quand même avec son propre clan. Edward l’aurait lu dans son esprit sinon, et même si elle essayait de le cacher un moment, elle ne pouvait le faire très longtemps puisqu’il suffit d’un moment d’inattention pour qu’Edward arrive à trouver ce qu’il cherchait. De toute façon à présent il n’avait plus de raisons de s’en faire, bientôt elle retournerait là-bas avec quelques vampires supplémentaires, déjà Edward, ensuite Alice qui voulait rester près de son amie, et Jasper qui allait suivre sa femme et qui mourrait d’envie de voyager de nouveau, puis plus tard, Bella.. Edward n’avait pas jugé nécessaire de prévenir les Denali, après tout ça ne els regardait pas vraiment, et puis les deux clans étaient amis, et se connaissaient assez bien pour savoir que leur « cohabitation » se déroulerait sans problème apparent. Edward se disait justement que cela servirait aussi à rapprocher considérablement les deux familles, ce que Carlisle approuvait parfaitement ainsi qu’Esmée qui se faisait beaucoup trop de soucis pour ses enfants, notamment Edward, qu’elle chérissait particulièrement. On ne pouvait le nier, ils avaient un lien assez particulier, extérieurement, cela pouvait paraître assez froid, et puis même les habitants de Forks voyaient rarement l’épouse Cullen, mais au fond, Edward aimait énormément sa mère adoptive. Carlisle lui avait raconté comment sa mère biologique était morte, et qu’elle avait demandé à Carlisle de le sauver. Edward savait qu’Esmée ferait la même chose pour chacun de ses enfants, parce qu’il connaissait son histoire, il savait elle avait perdu son bébé, et maintenant elle ne vivait que pour sa famille. Le jeune Cullen trouvait ça tellement honorable et humble, pour lui c’était la femme la plus courageuse et généreuse du monde. Et ça ne changerait jamais. Il n’aurait jamais pu vivre correctement cette « demie vie » sans eux, sans sa famille, chacun d’eux apportait quelque chose de nouveau, de plus dans son existence terne et fade du tout début. Et Bella, comment aurait-il pu imaginer une telle chose ? Comment une femme, une humaine pouvait lui apporter autant de bonheur ? Il n’avait jamais pensé vivre une histoire comme ça, pour lui les vampires ne pouvaient vivre qu’avec d’autres vampires, et c’était ainsi pour tous ceux de son espèce. Mais la jeune Swan lui avait prouvé le contraire, elle était tellement attachante, toute sa vie Edward avait attendu cet amour, celui pourquoi on serait près à tout, même à souffrir, même à mourir, et il l’avait fait, souffrir ? Plus d’une fois. Mourir ? Pas encore, mais il l’aurait fait si Bella ne l’avait pas retrouvé. A présent les histoires comme celle de Roméo et Juliette n’étaient plus ridicules ni niaises pour lui, elles étaient bien réelles et vivantes. Avant il se demandait à quoi bon se tuer pour continuer à vivre cet amour ? Qu’est-ce que cela changeait ? Maintenant il connaissait ces réponses, il les vivait même. Jamais il ne pourrait accepter de vivre sans elle, jamais. Une vie sans Bella n’était pas une vie pour lui. Elle lui avait redonné un sens, elle était sa part d’humanité, celle qu’il avait perdu et qui lui manquait tant parfois.

Edward afficha un petit sourire en voyant la réaction de Sharon par rapport à ses quelques bêtises passées. Bon certes ce n’était pas un sujet très amusant, mais il adorait voir qu’elle s’inquiétait pour lui. C’était assez drôle, surtout lorsqu’on se disait qu’Edward était très fort, rapide et se débrouillait assez bien pour traquer et chasser. Mais c’était bon de voir à quel point elle se faisait du souci pour lui. Mais ça le contrariait en même temps, il n’avait pas envie qu’elle le suive tout le temps, surtout avec son pouvoir qui embêtait beaucoup le jeune Cullen. Il se demandait s’il devait le dire à Bella, elle chercherait toujours derrière elle pour voir si Sharon était là. Ah ces femmes ! Il se mit à rire en voyant le doigt de Sharon pointer sur sa poitrine. Il attendit qu’elle ait fini son petit numéro pour lui répondre avec un grand sourire sur les lèvres..

Dis donc, jeune fille ! Aurais-tu oublié que je te suis supérieur dans bien des domaines ?, et je te rappelle que j’ai déjà soufflé mes cent bougies. Quel âge as-tu, toi, déjà ?

Il agita son doigt devant son visage en rigolant.

Et puis c’est Bella qui sera mécontente, tu vas lui gâcher sa nuit de noces.

Il lui décocha un sourire en coin. Pas mécontent de l’effet que ça avait produit sur son amie. Maintenant elle ne savait plus où se mettre, il se mit à rire légèrement, encore une fois, amusé par la situation. Puis Sharon commença à contester la demande d’Edward concernant sa visite chez les Cullen. Son visage se referma, son sourire radieux disparut, et il s’appuya contre le dossier de sa chaise. Il regardait son amie fermement, ses yeux étaient remplis de convictions. Elle n’était pas possible, elle n’accepterait jamais d’être aidée, alors Edward attendait, de toute façon il savait qu’elle allait craquer et changer d’avis, elle ne pouvait pas lui résister. A chaque fois c’était comme ça, elle essayait de dire non, mais voyait bien qu’elle ne pourrait pas négocier avec Edward, alors elle abandonnait et abdiquait. D’ailleurs ça amusait beaucoup le jeune Cullen, mais là il n’était pas content, c’était le moment où elle le contredisait, alors il patientait.

Oui, tu n’as pas le choix. De toute façon ce n’est pas toi qui vas prendre beaucoup de place, et tu n’as pas l’intention de dormir, donc c’est réglé ! Et tu ne nous dérangeras jamais. Tu es là-bas chez toi, Sharon. Ne doute pas ainsi, tu sais très bien que je déteste ça.
Revenir en haut Aller en bas
Sharon Stanford
Invisible Touch
avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 28
Localisation : Si près et si loin de toi
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Just wanna live
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Baby look at me, and tell me what you see

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Lun 31 Déc - 14:45

Rencontrer le clan Cullen. Sharon s’en faisait une joie. Edward lui en avait beaucoup parlé, quand ils s’étaient rencontrés. Trouvés, serait plus correct. Bref, quand ils s’étaient trouvés, il avait plus que largement parlé de son clan. De sa famille, en réalité. C’était plus ainsi que la jeune vampire les voyait. Une vraie famille. Q’elle arrivait à se représenter aisément, grâce au récit de son ami e aussi à ce qu’elle en avait appris dans son propre clan. Les Cullen étaient en effet très connus et appréciés par les Denali, et elle avait pu s’en faire une idée assez précise. Exacte, elle n’en savait rien, mais précise, certainement. Le père, Carlisle, dont la beauté n’avait d’égale, s’il on en croyait Tania, que celle de son fils, Edward. Ce qui en disait long. Médecin chevronné, altruiste, juste et droit. un personnage irradiant de charisme et de sérénité en toutes circonstances. Le père attentif et idéal. Sa compagne, Esmé. Une mère pour le clan. L’instinct maternel de la vampire avait été évoqué avec admiration ou désapprobation de nombreuses fois devant la jeune vampire, de façon à ce qu’elle s’en fasse une idée claire. Pour elle, Esmé représentait la mère parfaite, aux petits soins, toujours inquiète, très protectrice. Une maman gâteau. Sans les gâteaux. Ensuite, Rosalie et Emmett. Un couple atypique, disaient beaucoup. Lui, tout de force et de muscles, d’humour et de sourires, charmant en toutes circonstances même si un peu pataud et maladroit dans les relations parfois. Elle, raide comme la justice, belle à en mourir de jalousie, froide, distance, facilement irritable. Il était vrai que, dans l’imagination de la vampire, le tableau était assez étrange. Edward ne lui avait pas beaucoup parlé de Rosalie, ce qui lui laissait penser que ce portrait n’était peut-être pas si faux. Mais elle avait appris à ne pas juger les gens sur de simples « on dit ». toujours était-il qu’elle était curieuse de voir ces deux-là ensemble. Ensuite, Alice et Jasper. Alice faisait l’unanimité chez les Denali : vivante (ce qui était comique au plus haut point), fraîche, et surtout, impressionnante avec son don de prémonition. Les Denali prisaient particulièrement les dons, comme elle l’avait remarqué lors de son intégration. Tous, ou du moins, tous ceux qu’elle avait vus avait une capacité particulière. Ce qui ramenait à jasper. De lui, elle ne savait que peu de choses, et à vrai dire, c’était lui qui l’intriguait le plus. non par la particularité de son don, mais parce qu’elle ne savait pas grand chose de lui. Il semblait bien mystérieux. Avec un lourd passé sans aucun doute possible. Bref, elle ne savait pas exactement pourquoi, mais Jasper l’intriguait. Alors oui, elle avait hâte de faire la connaissance du clan Cullen au grand complet. Et aucun doute que le clan Denali serait plus qu’impatient d’entendre son récit. Le clan Denali …

Cela faisait quoi ? Un an ? Plus ? Qu’elle avait intégré leur clan. Et elle n’avait toujours pas trouvé ses repères. Elle ne se sentait pas à l’aise, ni avec Tanya, ni avec les autres. Ils étaient tellement, différents. Et elle était assez perdue. Peut-être était-ce parce que cela faisait trop peu de temps qu’elle était vampire. Mais son ancienne famille lui manquait atrocement. Et celle-ci n’avait vraiment rien d’une famille. C’était vraiment le « clan ». en fait, elle n’avait même pas essayé de comprendre le fonctionnement. Elle s’adressait à Tanya pour les choses importantes, comme quand elle avait voulu s’inscrire à l’Université et basta. Elle faisait les boutiques avec Lali, parfois, mais elle ne la sentait pas cette fille. Elle lui rappelait les filles de son lycée. Une seconde votre amie, la second d’après en train de dire les pires vacheries dans votre dos, vous faisant des coups bas à tour de bras. Et même, la façon dont s’était tenu un conseil pour l’accepter dans leur clan, la façon dont ils l’avaient détaillée … avaient ramené trop de souvenirs à la surface. Alors elle ne s’y sentait définitivement pas bien. Mais elle ne désespérait pas. Elle était encore un peu sauvage sans doute, ça viendrait avec le temps. et ouis, il leur fallait le temps aussi à eux de se faire à elle. Il ne fallait pas désespérer. Elle y arriverait. Il n’y aurait qu’à voir l’accueil qu’ils lui réserveraient quand elle reviendrait. L’attitude qu’ils auraient après ça. Après qu’elle soit partie sans prévenir. Elle ne savait pas très bien où elle en était en réalité, mais sa vie, ou plutôt, sa non-vie avait pris une tournure tellement bizarre que c’était le cadet de ces soucis, et qu’elle trouvait cela à la limite du normal. Elle n’allait pas en mourir (grand éclat de rire intérieur). Et puis, quelle importance maintenant ? Elle avait retrouvé Edward, le reste pouvait attendre.

Un plissement de nez (façon ma sorcière bien-aimée) accueillit les paroles de son ami :


21 ans, mon cher. Mais je me demande parfois lequel de nous deux est le plus mûr et le plus responsable …

Un léger sourire ornait ses lèvres, ce n’était bien sur que de la provocation, comme ils adoraient le faire. Elle respectait l’expérience d’Edward. Ils étaient différents, même si tellement semblables. Elle l’avait surpris par son don inné pour la traque, et elle était toujours époustoufflée par le sien. Que voulez-vous, il avait des décennies d’expériences, et elle, à peine quatre ans … Ils ne se battaient pas à armes égales. Quoi que, sur l’humour, si, ils pouvaient très bien se battre. D’ailleurs, une air choqué prit place sur ses traits quand il évoqua Bella et .. leur nuit de noces. Une grimace dégoûtée se peignit sur ses lèvres, mais elle finit par éclater de rire :

Ça ne va pas, non ? Je ne suis pas une voyeuse ! Et puis, je ne tiens pas à être en mauvais termes avec ta future femme … Mais tu ne perds rien pour attendre, vieillard.

Elle lui tira la langue. Ça, c’était pour le jeune fille. Elle oubliait bien souvent qu’il était plus âgé qu’elle, mais aimait beaucoup le lui ressortir pour le taquiner. Cependant, elle sentit un changement dans l’atmosphère. Qui n’était pas dû à sa plaisanterie, non, elle le savait bien, mais à son questionnement sur le fait qu’elle dérange ou non. Un léger soupir lui échappa. Il était impossible. Autant qu’elle d’ailleurs. Mais elle n’aimait pas le voir distant, ça la tuait. Et lui détestait la voir douter, oui, elle le savait. Mais elle avait tellement au quotidien l’impression de n’être à sa place nulle part que c’était plus fort qu’elle. Elle ne voulait pas déranger. C’était quelque chose qui l’énervait au plus au point. Mais le ton ferme de son ami et sa détermination ne laissait pas vraiment de place à la négociation, ni au doute justement. Elle n’avait pas voulu le blesser, c’était juste qu’elle était comme ça, un point c’était tout. Cependant, la réaction de son ami, loin de la peiner, lui réchauffa au contraire le cœur, ainsi que ses paroles. Il venait de lui faire un cadeau inestimable. Elle sourit doucement, rattrapant une des mains d’Edward.

Je suis désolée. Tu sais qu’on ne me changera pas. Et puis …

Non, ça ne servait à rien de rajouter qu’elle ne se sentait à sa place nulle part. il n’y avait pas besoin de rajouter ça. Et au pire, il le trouverait tout seul. Elle plongea ses yeux dans les siens.

D’accord. Merci beaucoup. Ça me fait vraiment plaisir de rencontrer ta famille. Et Bella, bien sur. Tu penses qu’elle accepterait de me rencontrer ?

Elle ne savait pas si Bella savait même qu’elle existait, et puis elle devait sans doute avoir mieux à faire, mais sa curiosité naturelle était piquée au vif. Elle avait hâte de connaître celle qui rendait tellement heureux son ami.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwartswiggenweld.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Lun 31 Déc - 18:11

Edward se sentait bien ici, avec elle, rien qu’eux deux, tous seuls au milieu d’inconnus. Il était bien, et plus rien ne pouvait entacher cette journée, et surtout son humeur. Mais une petite ombre vint assombrir ce si beau tableau. Une chose, plutôt un détail, tournoyait dans l’esprit du jeune Cullen. Une question commençait à l’inquiéter, ça le turlupinait et ça commençait un peu à l’agacer. Mais il n’osait pas faire part à Sharon de ses inquiétudes, il ne voulait pas la déranger avec se interrogations qui sûrement n’avaient pas lieu d’être et qui paraîtraient ridicules. Et pourtant il ressentait le besoin de lui en parler, de lui poser ces questions qui allaient lui gâcher ce bon moment. Il attendit encore et encore, se demandant si c’était la chose à faire, si c’était vraiment à elle qu’il fallait en parler. Bien sûr que c’était à Sharon qu’il devait le dire, mais il ne voulait pas la faire souffrir, et la question qu’il allait lui poser lui ferait penser à son passé, sa transformation, son frère, tout ce qui la faisait souffrir en fin de compte. Après quelques minutes de réflexion, il regarda Sharon dans les yeux avec tendresse, et c’est là qu’il se rendit compte que même si ça allait être douloureux, il devait lui en parler, parce qu’ils étaient amis et que Sharon comprendrait. Alors il se rapprocha un peu d’elle pour que personne n’entende leur conversation, et puis tout simplement parce qu’il en avait envie. Il prit possession de ses mains si fines avec lesquelles il adorait jouer, et enlaça ses doigts avec les siens, doucement. Puis il commença à parler, d’une voix si douce..

Je suis désolé de reparler de ça, Sharon.. Mais j’ai besoin d’avoir certaines réponses.

Il s’arrêta un instant pesant encore le pour et le contre, mais maintenant il avait commencé, il ne pouvait plus reculer. Il avait confiance en elle, et se disait qu’elle l’aiderait de son mieux. Mais il avait besoin de lui en parler, alors il reprit la parole, aussi tendrement qu’il avait commencé.

Dis moi, comment ça se fait que ton frère ne t’ait pas reconnu ? Enfin tu n’as pas autant changé, si ? Je trouve ça très étrange, est-ce que tu peux me répondre s’il te plait ?

Il lui posait ces questions là, mais ce n’était pas vraiment ça qu’il voulait savoir. Edward se demandait si Bella allait changer physiquement durant sa transformation, si comme Sharon, ses proches n’allaient pas la reconnaître. Pourtant lui n’avait pas vraiment changé, enfin si un peu quand même, sa transformation l’avait embelli, il était devenu plus gracieux, plus beau, les traits de son visage se sont affinés, et il est devenu beaucoup plus musclé mais sinon il ressemblait quand même à l’ancien Edward, celui qui pouvait manger du poulet et qui dormait dans un lit un peu moins moelleux que celui qu’il avait à présent. Voilà la transformation de Bella revenait, encore et toujours. Pourquoi était-ce si compliqué ? Mais en y repensant, il se rendit compte que Sharon n’était pas encore au courant pour de l’avenir de la fiancée d’Edward. Mais le vampire ne savait pas vraiment comment aborder le sujet. Oui Sharon était une de ce personnes qui sont soit totalement d’accord avec vous et qui vous soutiennent jusqu’au bout, ou alors tout l’opposé et là vous êtes sûrs de passer un sale quart d’heure et de devoir changer d’avis. Alors Edward hésita encore avant de lui en parler. Il pianota un peu sur la table. Puis lâcha un petit soupir, et il se remit à parler..

J’ai oublié de t’annoncer autre chose. En fait notre venue à Juneau à une raison particulière et assez importante. J’ai promis à Bella d’être celui qui la transformera, c’est pour cela que nous partons en Alaska après notre mariage. Parce qu’ici si un vampire mord, même sans tuer, un humain, les loups-garous auront le droit de venir sur nos terres, et on sait comment ça se terminera. Je pensais te l’avoir dit.

Il baissa la tête quelques instants puis la releva en regardant son amie dans les yeux, elle lui apportait tellement de chose. Il avait l’impression d’avoir trouvé son double mais du sexe opposé. Sharon comprenait parfaitement ce que ressentait Edward, et même s’ils avaient quelques divergences d’esprit parfois, ça ne durait pas longtemps. Edward savait qu’il pouvait se montrer tel qu’il était avec elle, il n’y avait aucune gêne, aucun tabou, aucun secret. Et c’était ça qu’il aimait tant dans leur relation. Il rigola légèrement en entendant la question ridicule de Sharon. Bon d’accord elle était en droit de se la poser, elle avait le droit de se poser toutes les questions qu’elle voulait après tout. Il garda ses mains dans les siennes, les caressant doucement.

Oui, je pense qu’elle sera contente de te rencontrer. Mais en fait elle ne sait même pas que tu existes. Non pas que je veuille te cacher mais Bella est très jalouse, elle a tendance à trouver tous les vampires « femelles » à tomber par terre, et parfaits. Alors je n’ai pas trouvé favorable de lui parler de toi, je sais qu’elle se demandera encore une fois ce que je peux aimer chez elle, alors que je côtoie des femmes superbes. Je dois dire que c’est assez craquant quand elle me regarde avec ses petits yeux, me posant toujours la même question. Enfin tout ça pour dire qu’elle ne sait rien de toi, et que si elle te regarde bizarrement c’est normal. … Et puis à mon grand désespoir elle n’est pas très douée pour les relations humaines. On dirait un chien à trois pattes qui en plus de cela est aveugle, c’est très drôle. Mais elle se débrouille comme un chef avec les vampires et les loups-garous..
Revenir en haut Aller en bas
Sharon Stanford
Invisible Touch
avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 28
Localisation : Si près et si loin de toi
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Just wanna live
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Baby look at me, and tell me what you see

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Mer 2 Jan - 0:18

Quelque chose le tracassait. Elle ne savait pas comment elle le savait, elle ne savait pas pourquoi elle le savait, elle le savait, c’était tout. Pourtant, extérieurement, personne ne l’aurait cru. Il avait arrêté son air fermé qui était destiné à la faire céder à sa proposition de venir chez lui, et il semblait parfaitement … normal. Cependant, elle le sentait. Non, elle ne pratiquait pas l’empathie, simplement, elle le connaissait par cœur. Un simple tressaillement, quelque chose d’infime qui aurait échappé à quelqu’un d’autre, mais pas à elle. C’était étrange, cela faisait des mois qu’ils ne s’étaient pas vus, mais elle avait l’impression qu’elle l’avait quitté la veille, et qu’ils avaient toujours vécu ensemble. Mais ce sentiment était loin d’être désagréable, et cela faisait longtemps qu’elle avait renoncé à comprendre comment ils s’étaient trouvés tous les deux, et pourquoi ça avait immédiatement collé entre eux. C’était comme ça, un point c’était tout, et elle ne s’en plaignait pas, bien au contraire. C’’était un peu déroutant parfois, c’était tout. Comme là. Elle l’observa attentivement, en silence. Elle savait bien que cela ne servait à rien de le questionner à tort et à travers, il se confierait de lui-même. Juste attendre. Et finalement, ce fut payant. Intriguée, elle leva un sourcil en signe de perplexité. Elle ne voyait pas du tout où il voulait en venir. Et tourner autour du pot ainsi ne lui ressemblait vraiment pas. Qu’avait-il à lui demander qui nécessité qu’il prenne autant de gants ? Elle faillit lui dire : « Bon, maintenant que je suis bien affolée, vas-y… » avec un grand sourire, mais elle ne le fit pas. Sans savoir pourquoi. Ce n’aurait pas été vraiment de mauvais goût. Mais elle se dit qu’elle avait peut-être besoin de garder toute sa répartie pour ce qui suivrait. Car ça n’allait pas être agréable, s’il s’excusait ainsi. Les yeux pleins d’appréhension, elle le laissa prendre possession de ses mains, plongeant son regard dans le sien.

Et le coup partit, sans qu’elle s’y attende vraiment. Elle se mordit la lèvre du bas. Elle savait qu’il ne lui aurait pas posé la question s’il n’avait pas une bonne raison de le faire. Elle ne lui en voulait pas. Mais c’était dur. Que ça faisait mal, bordel ! Ses yeux échappèrent à ceux d’Edward. Elle devait puiser suffisamment de forces pour ne pas se remettre à pleurer. Ce n’était pas le but, elle le savait, e elle en voulait pas qu’il se culpabilise en voyant des larmes sur son visage. Cependant … ce fut plus fort qu’elle. Une larme lui échappa, et elle retira momentanément une de ses mains à Edward pour l’essuyer d’un geste rageur. Puis, ses doigts se raccrochèrent à ceux du vampire, avec force. Des images se succédaient devant ses yeux, qui répondraient aux questions du vampire. Mais elle savait que ce n’était pas ainsi qu’il voulait l’apprendre, et même, il ne devait pas avoir fait le lien à l’aide de simples images. Ou alors elle ne l’avait jamais autorisé à avoir accès à certaines images … de son passé. Pourtant, en cet instant précis, cette image s’étalait, précise et implacable dans son esprit : une jeune femme de dix-sept ans, aux longs cheveux d’un noir de jais, au nez aquilin, au sourire malicieux, aux profonds yeux bleus, avec cette étincelle de vie et de malice … Elle devrait laisser à Edward une vague impression de déjà-vu … Normal, c’était elle. Avant. Quand sa vie était réelle, quand elle pouvait manger tout ce qu’elle voulait sans prendre un kilo, quand elle était l’une des filles les plus populaires de son lycée, quand elle faisait partie des pompomgirls … bien avant que tout ces chamboulements ne surviennent. Ses yeux raccrochèrent ceux d’Edward pour lui faire voir cette fille. Sa voix était neutre, quoi que légèrement tremblante.


Si mon … s’il ne m’a pas reconnue, c’est parce que j’ai énormément changé au cours de ma … transformation.

Ce que ces mots lui coûtaient. Mais moins que les images qui se succédaient, plus violentes, plus rapides. Une main se posant sur sa bouche pour l’empêcher de hurler. Cette camionnette blanche. Les cahots. Ces hommes. Leurs mains. La cave. Les coups qui pleuvaient. Et … le reste. La camionnette. La forêt. De nouveau les coups. De nouveau … le reste. Les trois coups de poignard. Et cette morsure. Cette douleur. A libération. La stupeur quand elle s’était de nouveau regardée dans une glace. Mais elle avait compris.

Avant … j’ai été maltraitée. Frappée. Je pense que mon visage avait été sérieusement endommagé. On peut donc penser que la transformation a réparé les dégâts. Ou alors, on pourrait aussi considérer que j’ai tellement souffert que j’ai voulu, inconsciemment, me détacher de ma vie d’avant, au point de changer mon physique. A mon avis, il y a certainement des deux.

Elle s’était calmée. Dangereusement. Sa voix avait été calme, posée, comme si elle annonçait la météo. Sa façon à elle de se protéger. Ces souvenirs et ce sujet étaient trop difficiles à évoquer. Alors elle se repliait derrière ce maque d’apparente indifférence. Mais elle avait évité le regard d’Edward à partit de ce moment-là. Et elle essayait de faire abstraction du contact de ses mains. De tout ce qui pourrait la faire flancher. Ce n’était pas le moment. Bon, c’était bon, elle avait répondu à sa question. D’un savant mouvement de tête, elle dégagea son visage des mèches de cheveux qui la gênaient, balayant du même mouvement mentalement toutes ces images et les remettant avec un calme olympien dans le fin fond de son esprit. Voilà, c’était mieux. Sauf qu’elle ne regardait toujours pas son ami dans les yeux. Pas pour l’instant. Sauf qu’elle le fit soudain, quand il lui dit qu’il y avait une chose dont il ne lui avait pas parlé. Pas une tuile, pitié.

Mais non. Elle se fit soudain beaucoup plus attentive. Oui, elle était au courant des règles, il lui avait parlé de tout ça. Mais la nouvelle de la transformation de Bella… Bon, elle aurait du s’y attendre. Si, franchement. De la façon dont Edward la lui avait décrite, il semblait clair et net que c’était tout à fait le style. Penchant doucement la tête sur le côté, elle réfléchit. Elle ne pouvait pas vraiment dire, là, d’emblée ce qu’elle en pensait. Il y avait du pour et du contre, bien évidemment. Et elle se doutait qu’ils avaient dû en parler longuement tous les deux. De son point de vue, l’existence de vampire n’avait que peu d’avantages. Peut-être était-ce parce qu’elle était encore jeune, peut-être était-ce parce qu’elle n’avait pas encore trouvé sa place, peut-être était-ce à cause de tout ce qu’elle avait vécu. Par exemple, un truc stupide, mais le nutella lui manquait atrocement. Et s’allonger sur l’herbe en plein soleil à l’université pour étudier. Et dormir ! Elle aurait tant aimé pouvoir dormir de nouveau … Cependant, il fallait nuancer cela. Bella le faisait par amour, parce qu’elle savait que Edward était l’homme de sa vie. Alors … Elle hocha doucement la tête.


Je vois. Et bien si c’est son choix, je ne peux que m’en réjouir. Et de plus, ça te permet d’habiter près de moi, donc tout va pour le mieux.

Une ébauche de sourire se dessina sur ses lèvres, qui finit par un franc, à la limite du rire quand il mentionna les inquiétudes de Bella. Levant un sourcil, avec une légère moue, elle finit par rire :

Donc si elle me déteste au premier coup d’œil, je ne le prends pas personnellement, c’est juste qu’elle pense que j’ai des vues sur toi ? Et bien, voilà qui est plus que comique.

Elle n’avait donc pas encore compris à quel point Edward l’aimait et qu’aucune femme au monde ne pourrait jamais prendre la place qu’elle occupait dans le cœur et l’âme du vampire ? C’était … mignon. Elle tira la langue à son ami et dit d’un ton malicieux :

Et bien, Edward chéri , je promets de me tenir de façon tout à fait correcte en sa présence, de façon à ce qu’elle n’ait aucun soupçon de la relation que nous entretenons …

Un rire cristallin sortit de ses lèvres.

Non, plus sérieusement, je m’inquiète un peu du coup. Je veux dire, on est plutôt proches, et je sais bien que notre relation paraît souvent … paradoxale aux gens.

Elle eut un geste évasif vers la salle alentour où tout le monde, en effet semblait les considérer comme un couple. Surtout le mec qui lui faisait de l’œil depuis le début et qui couvait Edward d’un regard mauvais.

Ce que je veux dire, c’est que je ne veux pas qu’elle me considère comme une ennemie. Est-ce qu’il y aurait un moyen de la raisonner ? Ou de lui prouver que je ne représente aucun danger ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwartswiggenweld.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Jeu 3 Jan - 12:04

Edward culpabilisait, il voyait que la jeune femme souffrait énormément, et c’était de sa faute. Sharon était venue lui demander de le et c’était légitime, et bien sûr Edward répondait toujours présent pour la soutenir et faire en sorte qu’elle aille mieux, mais là il avait tout gâché, il s’en voulait, il s’en voulait tellement.. Il baissa la tête un instant, ne pouvant plus regarder les images que Sharon laissait défiler dans son esprit, mais il la sentait frissonner, et respirer bizarrement. Il releva les yeux et se laissa entrer à nouveau dans la tête de son amie, il y vit sa réponse, il aperçut une image floue au début, puis il put discerner la silhouette fine d’une jeune adolescente, épanouie, Edward pouvait voir son magnifique sourire, et ses yeux rieurs. Elle était brune, même plus que ça elle avait des cheveux d’un noir de jais, c’était assez éblouissant, et son regard bleu était à couper le souffle. Le vampire ne mit pas beaucoup de temps à reconnaître Sharon, même si sa couleur de cheveux était différente, et que ses traits étaient moins fins et parfaits, c’était la même. Enfin Edward le percevait ainsi, mais Josh, lui, croyait sa sœur morte depuis plus de trois ans, il ne s’attendait pas à la croiser dans la rue, alors la reconnaître était exclu. Edward se sentait mal, mal par rapport à Sharon, il s’en voulait de lui avoir fait revivre ça, il savait à quel point c’était douloureux pour elle d’y penser, d’en reparler, de revoir certaines scènes.

Sharon se mit alors à parler, cela faisait écho avec son image d’elle qui restait encore dans la tête d’Edward, elle voulait s’assurer qu’il comprenait bien la situation, pourtant c’était superficiel, il avait compris bien avant elle n’ouvre la bouche. Il gardait les mains de la jeune femme dans les siennes, caressant sa peau si douce. Puis elle se tut de nouveau, et des images refirent surface, il vit des mains se poser sur la bouche de Sharon, des hommes l’emportant dans une camionnette blanche, il vit les mains de ses hommes posées sur son corps, une forêt verdoyante assombrie par la nuit; puis les coups qu’on portait à son amie, le poignard, puis la morsure qui allait engendrer sa transformation. Edward était écoeuré, ces images étaient répugnantes et horribles, et encore lui ne l’avait pas vécu, et n’était pas hanté par ces silhouettes, ces souvenirs,.. Il aurait voulu enlever cette partie de sa mémoire, tout ça avait complètement chamboulé sa vie, et ça avait chamboulé Sharon aussi. Edward savait qu’elle mettrait beaucoup de temps à refaire confiance à des gens, il savait qu’elle fuyait à chaque fois qu’une relation devenait trop dangereuse pour elle, pourtant il espérait qu’un jour elle tomberait amoureuse, d’un homme qui ne lui voudrait que du bien, et qui la rendrait heureuse, parce que l’amour était une de choses qui pouvait sauver l’âme perdue d’un vampire.. En tout cas c’est ainsi qu’Edward l’avait vécu. Sharon reprit la parole d’une voix neutre, il l’écoutait, continuant de la regarder, essayant d’imaginer la souffrance qu’elle avait dû ressentir, il pouvait l’imaginer, mais sûrement pas autant que Sharon, il aurait voulu être empathe à cet instant, pour pouvoir ressentir la même douleur qui rongeait Sharon depuis quatre ans, pour pouvoir dire : « tu vois je suis avec toi, et je subis la même chose », et même comme ça il ne pourrait pas encore tout comprendre, parce qu’il le vivrait par les souvenirs de son amie, et non par expérience. Il était tellement dégoûté, ces hommes ne méritaient pas de vivre encore, parce qu’apparemment ils n’avaient jamais été retrouvés. Il ressentait tellement de haine envers eux, ils détruisaient des vies, et continuaient, sûrement sans s’en soucier.. Edward ne comprenait pas comment on pouvait en arriver là, même Victoria faisait pâle figure (rires) à côté d’eux, elle tuait pour venger son compagnon, c’était différent, même si Edward ne l’excusait pas. Il resserra un peu plus la main de Sharon avec la sienne, passant son autre main dans ses cheveux doucement.


Je suis désolé, je n’aurai pas dû en reparler, mais merci d’avoir répondu.

Il lui adressa un petit sourire, il n’aimait pas la voir dans cet état, il se sentait tellement mal. Il laissa échapper un petit soupir de soulagement, si je puis dire, à présent il n’aborderait plus le sujet, il laisserait Sharon en reparler si elle en ressentait le besoin, mais lui ne voulait plus faire, il ne voulait pas la voir souffrir à cause de lui. C’était la dernière chose qu’il souhaitait, jamais il ne lui ferrait du mal, jamais. Puis il vit qu’elle réfléchissait par rapport à ce qu’il avait dit sur la transformation future de Bella. Apparemment elle ne désapprouvait pas, Edward savait qu’elle essayait de rester objective, parce que si elle jugeait cela par rapport à son histoire, la réponse aurait été différente. Bella et Sharon était très différente, Miss Swan ne devenait pas vampire pour les mêmes raisons que Sharon, elle le faisait par amour, pour être heureuse durant l’éternité, Sharon, elle, n’avait fait aucun choix, elle avait subi sa transformation, et qui plus est après un événement très grave. Sa vie de vampire n’avait pas bien démarrée. Il la regardait, laissant apparaître un grand sourire, il était content qu’elle le prenne comme ça, il n’aurait pas voulu se disputer avec elle sur ce sujet. Puis il se mit à rire lorsqu’elle parla de Bella, et de sa jalousie maladive.

Comment ça « comique », tout le monde a des vues sur moi, ma chère !

Il se mit à rire de plus belle, il adorait rigoler de l’apparence, pour Bella ça semblait avoir tellement d’importance, pourtant il savait qu’elle n’avait rien d’une fille superficielle et matérialiste, mais elle devait se dire que le physique apportait plus de chose de toute façon elle avait tord sur toute la ligne, parce qu’Edward la trouvait toujours magnifique, seulement elle n’avait pas l’air de s’en rendre compte, mais ce n’était pas si grave, il serait près elle chaque jour pour le lui rappeler. Edward se mit à sourire lorsque Sharon lui tira la langue, il écouta ce elle disait, se demandant ce qu’elle pouvait bien rajouter.

Notre relation ? Quelle relation ?

Il rigola légèrement, appréciant de voir que Sharon riait, c’était rassurant, même s’il savait que sa douleur et ses souvenirs n’étaient pas totalement partis, c’était encourageant, et ça le soulageait. Sharon se remit à parler, c’est vrai que les gens dehors les observaient, ou même les membres du clan Denali, ils croyaient voir un couple de jeunes amoureux, alors qu’il n’y avait qu’une profonde et sincère amitié entre eux. Edward savait que Bella allait encore douter d’elle, de sa capacité à être aimée, et désirée, mais il espérait pouvoir la rassurer, et puis au fil des jours elle verrait bien que les deux vampires n’avaient pas la même relation, qu’elle, entretenait avec Edward.

Oui je comprends, mais il n’y a pas de recette miracle, tu pourras voir qu’elle est très têtue, et qu’elle n’a pas vraiment confiance en elle, mais tu sais, je ne peux pas la blâmer, je ressens la même chose envers tous ceux qui l’approchent d’un peu trop près, j’ai même été jaloux de ce sac à puces, Jacob Black, et je le serai peut-être encore. Montres-lui simplement que tu n’es pas une menace, parles avec elle. Je pense que quand vous vous connaîtrez un peu mieux, elle cessera de se poser des questions. De mon côté, j’essayerai de la rassurer aussi. Ça ira.
Revenir en haut Aller en bas
Bella Swan
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 124
Age : 25
Date d'inscription : 12/12/2007

You
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Mar 8 Jan - 9:15

C’était le début de l’après-midi et Bella s’ennuyait déjà. Il est vrai qu’elle devait passer la journée avec son père mais il avait eu un cas d’urgence. On l’avait appelé en catastrophe dans la matinée, car il y avait eu un grave accident de la route à quelques kilomètres de Forks. Bref, elle se retrouvait seule. Edward en avait donc profitait pour aller chasser car il voulait la laisser avec son père, pour en profiter avant le mariage. Cela ne l’enchantait pas plus que ça mais il ne lui avait pas laissé le choix. Edward avait raison, il fallait qu’elle passe plus de temps avec lui, elle restait beaucoup trop avec son futur mari ou sa famille. Elle le savait mais elle n’arrivait pas à se passer d’eux c’était comme une drogue. Sa transformation était devenue, pour elle, une obsession. Elle voulait absolument devenir un vampire avant son prochain anniversaire. Elle avait une peur panique de vieillir. Elle avait déjà un an de plus qu’Edward et c’était déjà trop pour elle. Elle n’avait plus qu’une épreuve à supporter avant d’avoir se qu’elle souhaitait : le mariage.
Bella savait que par rapport à sa transformation cela avait l’air ridicule mais elle devait avouer qu’elle stressait beaucoup plus pour la date du mariage qui se rapprochait, plus que quelques jours. Tout le monde avait l’air si heureux, en commençant par Edward. Elle ne pouvait pas annuler cela lui ferait beaucoup trop de mal... Elle voulait lui faire plaisir, le rendre heureux. Elle ne savait même pas pourquoi elle avait si peur, elle se trouvait idiote, elle ne savait plus comment réagir, elle se sentait perdue.

Bref, elle en avait marre de rester seule chez elle. Bella avait déjà fait tout le ménage dans la maison, avait préparé le repas du soir et Edward ne rentrerait pas avant la fin de l’après-midi. Elle ne pouvait même plus aller voir son ancien ami Jacob, qui ne voulait plus du tout la voir. Elle décida donc d’aller faire un tour à Forks. Pour une fois, elle ne prit pas sa voiture, elle préférait marcher, peut être que cela lui permettrait de faire le tri dans ses pensées. Elle se dirigea vers les seuls magasins de la ville. Forks était désert. On croisait de temps en temps des habitants mais cela était rare. Surtout à cette heure là. Bella se croyait revenue deux ans plus tôt, lors de son arrivée. Elle s’était habituée mais pourtant tellement de choses avaient changeé depuis cette époque... Bref, elle s’amusait à regarder les quelques vitrines. Elle traînait pour passer le temps lorsqu’elle remarqua, au loin, assis a une table, à coté d’une magnifique blonde, Edward. Elle s’arrêta devant la vitrine, comme si le temps c’était arrêter. Il n’avait pas l’air de l’avoir remarquée. Elle ne savait pas plus quoi faire. Une chose était sûr c’est qu’il ne lui avait jamais parler de ce rendez-vous et encore moins de cette blonde... C’est alors que sans réfléchir elle entra dans le café et se précipita rapidement vers leur table. Ils étaient assis côte a côte et Edward tenait la main de l’inconnue. Elle essaya de cacher sa colère mais c’était plus fort qu’elle. Jamais elle n’aurait pensé ça de lui...


_ Bonjour ! Je vous dérange pas au moins ?

Elle essaya de sourire mais c’était plus fort qu’elle. Elle regarda successivement cette « blonde » puis son futur mari. Elle sentait son cœur battre de plus en plus vite dans sa poitrine. Les quelques clients aux alentours se retournaient vers elle.

_________________
.


Il est tard,
Fais de beaux reves.
Tu es la seule à avoir touché mon coeur.
Il t'appartiendra toujours.
Dors, mon unique amour.


Hesitation, chapitre 8*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fascinating.forum-actif.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Mar 8 Jan - 22:46

Edward attendait patiemment que Sharon se décide à parler, à dire n’importe quoi pourvu qu’elle oublie qu’il ait recommencé à aborder ce sujet, si douloureux.. Il gardait sa main précieusement, pour lui c’était une preuve, une preuve de profonde amitié, d’une intimité, et puis il se disait que tant qu’elle ne l’enlevait pas c’est qu’elle n’était pas trop énervée contre lui. C’était bête, sûrement des réflexes humains, parce qu’en fin de compte, il n’avait pas besoin d’avoir un contact physique avec elle pour savoir si elle lui pardonnait, il le savait en lisant son esprit, mais.. Il ferma les yeux un instant, il se demandait si Bella passait un bon moment avec Charlie, il l’espérait en tout cas. Il savait que leur relation était assez particulière mais très forte, et importante, il s’en voulait, il se sentait coupable, coupable de l’arracher à sa famille. Mais maintenant il n’y avait plus de place pour la tristesse, et le remord, ils étaient prêts et avaient fait leur choix. Leur famille allait s’agrandir, de toute façon Bella était déjà un membre à part entière. Depuis le début Edward avait su qu’elle était une personne extraordinaire et unique. A l’époque il ne savait pas à quel point ce deuxième adjectif, « unique », allait devenir vrai et très important dans leur vie, parce que pour Edward, Bella était l’unique et elle le resterait à jamais. Il l’aimerait durant toute sa vie, ça faisait un bon bout de temps quand même. Mais il ne doutait pas, il le savait, c’était ELLE, point. Et si quelqu’un n’était pas content et bien tant pis pour lui.. Il sourit en voyant l’image du visage de sa fiancée dans sa tête, elle lui manquait aujourd’hui, même s’il était en compagnie de sa meilleure amie, de Sharon qu’il aimait énormément, mais personne ne pourrait remplacer Bella, personne. Il rouvrit els yeux doucement, puis son flair lui annonça quelque chose d’étrange, il sentait une odeur si particulière et si familière que ça devint très troublant. Edward était de dos par rapport à la vitrine, il ne vit donc pas Bella, mais même avant de la voir, il sut qu’elle était. Il se racla la gorge, se doutant que ça ne serait pas vraiment une partie de plaisir pour lui, et qu’il aurait droit à une scène mémorable. Mais après tout, il aurait peut-être dû lui parler de Sharon, surtout en sachant qu’elle allait venir en ville et elle ne repartirait pas immédiatement. Il attendit d’entendre la voix de Bella, malgré les intonations de colère qu’on pouvait entendre, il retrouvait sa voix si douce, et qu’il aimait tant. Il se retourna, voulant lui faire croire qu’elle l’avait surpris, la bonne blague..! Il put constater la pâleur de son visage, elle doutait, elle avait peur bien sûr, mais son regard était déterminé, et rempli de haine et de jalousie envers Sharon, une inconnue dangereuse pour Bella. Tout le monde était retourné pour les regarder, les clients devaient se dire qu’Edward était encore un de ses petits cons prétentieux qui n’arrivent pas à se décider à choisir une seule femme et qui décide alors de fréquenter les deux. Pourtant le jeune Cullen n’était rien de tout ça, seulement là, c’était un peu dur de comprendre la situation.

Oh, Bella ! Ne fais pas de conclusions hâtives ! Je vais tout t’expliquer, et tout ira mieux, je te le promets.

Il se releva doucement, avec autant de grâce que d’habitude. Ses iris changèrent de couleur, il était quand même inquiet, son regard devint un peu plus foncé, mais rien de bien inquiétant. Ce n’était pas comme ces jours, où Bella disait une stupidité qui le mettait en colère, ou encore quand il avait trop soif. Il n’aimait pas vraiment la voir s’inquiéter pour ça, surtout qu’il avait du mal à comprendre pourquoi elle doutait autant, même si parfois, il ressentait la même chose. Mais malgré tout il était heureux de la voir. Ils étaient ensemble. Il s’approcha de son amour lentement, puis lui prit la main tendrement et commença, il hocha la tête en regardant Sharon, elle comprenait maintenant ce qu’il avait voulu dire par « jalousie ».. Il allait pas partir, non, il avait simplement remarqué que ce café comportait des toilettes, par chance, elles n’étaient pas mixtes. Il entra alors dans celles des femmes, suivi de Bella qui fulminait toujours mais se laissait guider, heureusement, il ne voulait pas faire un scandale. Il se mit derrière la porte pour empêcher les gens de rentrer. Edward regardait Bella avec attention. Il espérait que sa transformation aurait pou avantage de lui prouver qu’il aimait plus que tout, que c’était elle, et pas une autre. Il posa sa main sur sa joue tendrement, parcourant cette petite parcelle de sa peau. Il lui adressa un petit sourire, puis se décida à parler, il n’avait pas grand-chose à se reprocher, rien de grave. Il ne l’avait pas trompée, n’avait tué personne, n’avait pas l’intention de la quitter.

Essaye de ne pas trop me couper la parole, je te connais quand je raconte, tu fais toujours des commentaires.

Il vit qu’elle se retenait pour ne pas laisser apparaître un sourire, ça encouragea Edward. Il valait mieux commencer par le début, même si cela rappelait de mauvais moments, des souvenirs douloureux, et qu’il voulait oublier..

Quand nous sommes partis,.. Enfin, je ne devrais pas avoir peur des mots, mais ça me dépasse, alors quand je t’ai laissée toute seule ici, l’année dernière, je me suis exilée en Alaska, à Juneau plus précisément, notre destination future. Donc là-bas j’ai rencontré cette jeune femme, Sharon, elle est l’une des nôtres et fait partie du clan de Denali depuis peu. La première qu’on s’est vu, c’était très étrange, une confiance s’est installée entre nous, comme si on se connaissait déjà. Je pense que c’est parce qu’on était détruits, l’un comme l’autre.. On s’est confié à l’autre, on a parlé de nos histoires communes, nos problèmes, je lui ai énormément parlé de toi, elle croyait en nous. Elle m’a dit que ça s’arrangerait, et elle avait raison. Je peux te dire que notre mariage la rend très heureuse. Elle n’a pas eu une histoire facile, je t’en parlerai peut-être mais pas maintenant.

Il s’arrêta puis recommença à parler doucement, voyant qu’elle se calmait peu à peu. Ça le rassurait, et le poussait à continuer.

En tout cas je ne t’ai pas mentie, je suis allé chasser ce matin, et j’avais l’intention de rester dans la forêt toute la journée, mais j’ai reçu un appel de Sharon, elle allait très mal, elle n’est pas bien. Elle m’a prévenu qu’elle allait venir à Forks pour me parler, me voir. Alors on s’est donnés rendez-vous. Elle m’a énormément aidé quand je pensais que toute ma vie était anéantie, c’est une personne qui m’est très chère, mais elle ne prendra jamais ta place, tu comprends ? Je devais l’aider. Elle est très jeune en tant que vampire et n’arrive pas à faire confiance aux gens, je suis la seule personne à qui elle peut se confier comme ça. Je n’ai pas le droit de la laisser de côté.

Il posa son regard sur Bella, lentement, puis la regarda dans les yeux, tendrement. Ses yeux avaient retrouvé leur couleur "habituelle", ils gardient leur pointe dorée, dans cet ambre magnifique.

Tu ne m’en veux pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Sharon Stanford
Invisible Touch
avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 28
Localisation : Si près et si loin de toi
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Just wanna live
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Baby look at me, and tell me what you see

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Sam 19 Jan - 0:33

Trop d’informations à gérer en même temps, mais c’était bien loin d’être un mal. Ça lui permettait de ne pas ressasser ses pensées les plus noires. Et à bien y réfléchir, c’était pour cela qu’elle était venue à Forks. Retrouver Edward, sa présence, son sourire, et n’avoir plus besoin de penser à rien. S’immerger dans sa vie à lui pour oublier la sienne. En avait-elle encore une ? Techniquement non, on devrait parler de son éternité. Mais cette éternité était tellement vide ou remplie de menaces qu’elle ne voulait même pas y songer deux secondes. Elle avait toujours eu peur de l’avenir, même quand elle était encore humaine, grandir était quelque chose qui lui faisait une peur bleue. Devenir adulte, perdre tout lien avec le monde de l’enfance, ou au moins de l’adolescence … Et bien, là, elle n’avait plus à se poser cette question. Non, il en avait une autre, bien plus effrayante : que faire de son existence toute entière, elle qui n’avait plus ni attache, ni famille, ni but aucun ? Apprendre ne lui suffisait plus. avant, si, mais maintenant … Ah, non, ne pas y repenser. Ne pas repenser à Josh, à son sourire, à cet homme qu’il était devenu, cet homme visiblement marqué, mais toujours aussi adorable … Ne pas repenser à sa proximité, qui la faisait hurler intérieurement parce qu’elle ne pouvait pas lui dire qui elle était, à quel point il lui avait manqué. Ne pas repenser à tous ces évènements qui les avaient séparés, et qui étaient remontés à la surface suite à la question d’Edward. Se jeter à corps perdu dans l’instant présent. Dans tout ce qu’elle emmagasinait au fur et à mesure.

Edward avait réussi. Pardon, Edward et Bella avaient réussi. Et ça, il n’y avait rien de tel pour remonter le moral. Elle le savait. Quand il s’était réfugié chez les Denali, qu’il lui avait tout raconté, elle avait compris à quel point il souffrait, et qu’il ne pourrait jamais se résoudre à être séparé d’elle. Elle n’avait rien vraiment dit dans les premiers temps, essayant de le soutenir dans sa décision, extrêmement difficile au demeurant, mais elle avait fini par le lui dire. Pour lui faire retrouver le sourire. Comme si ç’avait servi à quelque chose. Et puis il y avait eu ce coup de fil. Dont elle n’avait pas saisi le contenu. E il était parti, sans un mot, sans un regard, sans une explication. Elle ne l’avait pas revu depuis. Jusqu’à cet instant. Mais la douleur, la tristesse et l’incompréhension, tout cela n’était plus rien maintenant qu’elle savait qu’il était heureux, et que cette absence était sans doute due à la concrétisation de ce bonheur. Rien d’autre ne comptait. Elle était juste heureuse pour lui. Cependant, il restait de nombreux points d’ombre. Pourquoi il était parti ce jour-là. et cette histoire avec ce vampire, Laurent … Sharon l’avait haï dès leur première rencontre, mais ce n’avait pas été le cas d’une des autres vampires. Le bruit courait qu’il avait été tué. Enfin, tué, vous me comprenez. Détruit. Elle ne le pleurerait pas. mais ces rumeurs disaient que ç’avait un rapport avec les Cullen. Et « leur humaine ». Il avait intérêt à lui expliquer … Et c’était qui, ce Jacob Black ? Il lui avait parlé des loups-garous, bien sûr, étant donné qu’elle était complètement ignorante à ce sujet, mais ce nom n’avait jamais été prononcé. Un ami de Bella ? Un peu trop proche, visiblement. Ce jeune homme, ou plutôt loup, venait de partir avec un sérieux très mauvais à priori de la part de Sharon. Comment ça elle n’était pas objective ? Sans doute, oui. Et après ? Ils étaient bien sensés détester les loups-garous par nature ? Alors était-ce plus ou moins stupide que de détester quelqu’un juste parce que votre meilleur ami est jaloux de lui ? Moins, sans doute aucun. Bref, Jacob Black, dans la catégorie « J’aime pas mais je veux savoir ». encore une question à lui poser. Et puis cet aspect. La jalousie de Bella. A vrai dire, toutes les filles étaient jalouses, c’était bien connu. Alors en plus quand on aime un canon (et encore, euphémisme profond) comme Edward … Oui, mais Sharon n’en voulait pas, d’Edward. Enfin, au sens amoureux, hein. Elle ne voulait d’aucun homme d’ailleurs. Elle les fuyait le plus souvent. Qu’ils regardent de loin, qu’ils bavent, qu’ils fantasment, qu’ils la draguent gentiment, mais pour l’approcher … bonne chance. Alors non, décidément, elle ne pouvait pas vraiment croire que Bella et elle ne s’entendraient pas. Cependant, la réalité se chargea bien vite de lui montrer combien, encore une fois, elle se trompait.


Bonjour ! Je vous dérange pas au moins ?

Elle pouvait répondre : « si, beaucoup, j’allais demander à mon meilleur ami quelques explications » ? Visiblement, non ? Surprise, elle se retourna, et ses yeux tombèrent sur une jeune femme d’environ dix-huit ans, dont les lèvres pincées ne pouvait que trahir la colère. Pas que, d’ailleurs. Et vu le regard peu amène qu’elle posait sur Sharon, celle-ci n’eut pas vraiment longtemps à chercher l’identité de la nouvelle venue : Bella en personne. Justement, quand on parlait du loup … Comment ça jeu de mots de mauvais goût ? Oui, j’avoue. Mais c’est tellement bon … Bref. La fameuse Bella. Enfin, elle la voyait. Et à vrai dire elle se perdit dans son examen quelques instants. Et comprit bien vite pourquoi elle plaisait tant à Edward. Elle avait du charme, c’était indéniable. Cette beauté, fragile et éphémère, et tellement puissante des humains, cette fragilité et cette force à la fois, dans une même apparence, un même corps. Mais elle avait quelque chose de plus, comme un feu intérieur, ardent, qui brûlait. Et Sharon ne put retenir ni prévoir la morsure de jalousie qui étreignit violemment son cœur. Oh, être humaine à nouveau … Elle était tellement jolie, tellement fraîche, tellement … vivante. Cela pourrait sembler étrange, étant donné que Sharon filerait des complexes au plus parfait des mannequins humains, mais elle, oui, parfaitement, la « déesse de la Lune », était jalouse d’une humaine qui, tout en étant très jolie, ne se serait sans doute pas faite remarquer par un producteur. Le monde à l’envers … Elle entendit Edward plus qu’elle ne l’écouta, capta rapidement son coup d’œil et comprit qu’ils allaient parler ailleurs, dans un endroit plus intime. Elle acquiesça d’un léger signe de tête, et les regarda partir. Encore une fois, cette détestable morsure. Je tiens à mettre les choses au clair : elle n’était pas jalouse de Bella parce qu’Edward l’aimait. Elle était jalouse d’elle parce qu’elle avait tout ce qu’elle, Sharon, ne pouvait plus avoir. Et ne pourrait plus jamais avoir. Une vie. Et l’amour. Sa capacité à aimer, voilà ce qu’elle lui enviait. Rien de plus.

Doucement, elle se détourna, s’adossant à sa chaise, et laissant échapper un soupir désabusé, même si plein de grâce. Il fallait qu’elle se change les idées, une fois de plus. Qu’elle ne commence surtout pas à réfléchir, ça n’amènerait que du mauvais … Et ses yeux croisèrent ceux du jeune homme assis en face d’elle, qui ne l’avait visiblement pas quittée des yeux depuis qu’elle était entrée. Il n’avait pas dû perdre une miette de la scène. Et, lisant dans son regard comme dans un livre ouvert, elle sut qu’il allait se lever et venir la voir. Ce qui ne manqua pas. il hésita encore quelques secondes, avant de se décoller de sa chaise, et de s’asseoir dans celle qu’Edward avait quitté pour s’asseoir à côté d’elle. Elle le détailla quelques secondes. Beau gosse dans son genre, blond, avec des cheveux qui lui tombaient légèrement devant deux yeux d’un bleu profond. De beaux yeux … mais elle en avait de plus beaux quand elle était en vie. Soupir. Ne pas y penser, ne pas y penser …


Il vous trompe avec elle ? Je ne vois vraiment pas ce qu’il lui trouve …

Un léger rire s’échappa des lèvres de la jeune femme, qui le fit sursauter, comme s’il ne voyait pas ce qu’il y avait de drôle. Elle si, elle le voyait. C’était tellement … typique des humains de penser ce genre de trucs … même si c’était à mille lieues de la réalité. Elle rit légèrement, avant de replacer une mèche de cheveux blonds derrière son oreille (ce qui sembla captiver le jeune homme).

Ecoutez, je pourrais vous raconter qu’en fait, non, pas du tout, c’est elle qu’il trompe avec moi, et qu’en ce moment même, il est en train de la plaquer pour qu’on parte ensemble aux caraïbes, mais premièrement, vous avez l’air quelqu’un d’assez sympathique, donc je ne vais pas vous mentir, et deuxièmement, ce serait un anque de respect pour eux. Voici donc la réelle situation : que vous me croyez ou pas, je ne l’intéresse pas du tout, et il va se marier avec cette fille. Et il s’agit de mon meilleur ami …

Grand sourire charmeur, effet de cheveux blonds, et il ne savait plus où il en était, deux taches rouges sur les joues, ne sachant plus où se mettre. La situation amusait Hsaron. Jusqu’à ce que …

John ! Petit cachottier! Tu nous as jamais parlé de ta cousine …
C'est pas ma cousine ...
Ne me fais pas croire que c'est ta copine ...

Ils étaient quatre. Ils venaient d’entrer. Quatre. Et un. Cinq. Ils avaient environ vingt-cinq ans. Comme … Oh non. Pitié. Pas encore.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwartswiggenweld.forumactif.org
Bella Swan
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 124
Age : 25
Date d'inscription : 12/12/2007

You
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Sam 19 Jan - 2:46

En arrivant dans le café, Bella ne savait plus quoi faire. Elle ne voulait pas paraître jalouse devant Edward et encore moins devant cette mystérieuse blonde mais pourtant c'était plus fort qu'elle. Pourquoi il ne lui avait jamais parlé de cette femme ? Pourquoi il lui tenait la main ? Tant de questions auxquelles Bella n'avait de réponses. Elle se mit devant le petit couple. On ne pouvait dire autre chose, elle était sûre que tout le monde croyait qu'ils étaient ensembles. Mais même si c'était important pour Bella, ce n'était pas le plus grave. A quelques centimètres de la jeune femme, elle put la voir prescisement. Elle était magnifique, ses traits, ses cheveux blonds, son corps... rien a redire. Tous étaient parfaits. C'était la même beauté qu'Edward. Bella en était sure, c'était un vampire. Il ne manquait plus que ça. Mais comment pouvait-elle rivaliser ?! En regardant bien, c'était normal qu'il soit avec elle. Ils allaient si bien ensembles, fait l'un pour l'autre, le couple idéal. En plus elle lui causera beaucoup moins de problème que Bella, la novice, capricieuse qui ne souhaitait qu'une chose être avec lui et être transformée. Pas étonnant qu'il en ait marre. Mais Bella ne savait pas pourquoi il l'avait demandée en mariage, il avait tellement pitié d'elle ? Ou peut être qu'il l'aimait et qu'elle comptait pour lui ? Meme si cela semblait impossible, Bella espérait que c’était la deuxième raison… Elle se posait trop de questions, c’est vrai mais qu’est-ce qu’elle y pouvait ?
En regardant Edward lui sourire, elle ne put s’empêcher de baisser les yeux, elle ne pouvait pas résister mais elle ne voulait pas lui montrer. Il se leva gracieusement comme a chaque fois puis lui prit la main et l’emmena dans les toilettes du café. Lorsqu’ils se retrouvèrent tout les deux, à quelques centimètres l’un de l’autre Bella se sentit tout de suite mieux. Silencieuse depuis le début, elle lui fit un timide sourire lorsqu’il lui demanda de ne pas lui couper la parole…

_ D’accord, mais j’attends avec impatience tes explications.

Au fond d'elle, Bella savait très bien qu’il allait reussir à la convaincre et la faire changer d’avis mais elle ne voulait pas lui montrer. Elle était toujours en colère contre lui. Son cœur se mit à battre plus fort lorsqu’il commença son explication. Elle avait peur de se qu’il allait lui dire, car s'il ne lui en avait pas parler, ça devait être grave.
Après qu’il eut fini son explication, Bella resta sans voix. Elle avait été ridicule, une fois de plus. Il aidait son amie et elle lui avait reproché. Mais après tout, elle n’avait pas tout les tords, il était plutôt facile d’imaginer certaines choses.
Elle se rapprocha calmement a coté d’Edward. Elle se détendait enfin, il était plus facile pour elle de respirer. Elle se sentait honteuse, elle ne savait plus quoi dire. Elle se décida enfin a ouvrir la bouche et répondre a sa question.


_ Non bien sur je ne t’en veux pas, il faut dire que tu sais très bien te défendre…

Elle se mit a sourire, franchement cette fois-ci et se rapprocha délicatement un peu plus de son futur mari.

_ Mais pourquoi tu ne m’as pas parlé d’elle avant ? Cela m’aurait éviter d’être ridicule devant cette Sharon…

Même si Bella était rassurée, cela ne l’empêchait pas de ne pas aimer la meilleure amie d’Edward, car même si elle était sur des sentiments du beau vampire elle en était beaucoup moins vis-à-vis de la belle blonde…


[Desolée, c'ets vraiment ridicule par rapport a vous deux... 😢 ]

_________________
.


Il est tard,
Fais de beaux reves.
Tu es la seule à avoir touché mon coeur.
Il t'appartiendra toujours.
Dors, mon unique amour.


Hesitation, chapitre 8*


Dernière édition par le Dim 20 Jan - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fascinating.forum-actif.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Sam 19 Jan - 14:42

[Arrête, je t’ai déjà dit de na pas dire ça ! C’est pas un concours, on s’en fout.]

Edward ne se servait pas de l’emprise qu’il avait sur Bella pour que tout s’arrange. Il n’était pas comme ça, ce n’était pas un manipulateur et surtout pas envers la femme qu’il aimait. Seulement il voyait bien que Bella avait du mal à rester en colère contre lui, et ça l’amusait énormément, elle était tellement craquante, quand elle était comme ça. Même s’il trouvait sa jalousie parfois superficielle, et qu’il était déçu de ne pas lui faire entendre raison par rapport à ses qualités, son physique, et sa faculté à être aimée, et à se laisser aimer, à être désirée, ce côté-là le faisait sourire. Elle gardait toujours un côté enfantin, mais Edward trouvait cela très touchant, et attachant. De toute façon il y avait peu de choses qu’il n’aimait pas chez elle, et pour lui elle était parfaite, il trouvait la perfection en la personne de Bella, et rien ne pourrait changer ça, que ça soit Sharon, Jacob, non personne. Elle serait toujours unique à ses yeux, il l’aimait trop, bien trop. Jamais il n’aurait imaginé ressentir autant de choses, et des sentiments aussi forts pour quelqu’un. Rien n’avait annoncé qu’il tomberait sur la femme qu’il lui fallait, il avait quand même vécu seul plus de cent ans, et maintenant il l’avait, elle. Parfois, dans des moments de doute, il se demandait s’il méritait vraiment autant d’amour, s’il y avait droit. Mais il suffisait qu’il plonge ses yeux dans le regard si pur et envoûtant de Bella pour avoir la réponse. Il regardait alors tout le chemin qu’ils avaient parcouru ensemble, tout ce qu’ils avaient vécu, tout ce qu’ils avaient surmonté, et il savait qu’ils étaient faits pour être ensemble. Sa tentative d’éloignement de l’année passée le lui avait prouvé avec encore plus de souffrance, et du coup c’était encore plus convaincant. Il se sentait différent quand il était avec elle, lorsqu’ils étaient séparés quelque chose lui manquait. Lorsque Edward eut fini son explication enfin plutôt un très long monologue, il fut rassuré en voyant le sourire qui venait de s’afficher sur les fines lèvres de sa fiancée. Il laissa échapper un petit soupir de soulagement, il ne souhaitait pas du tout se disputer avec elle, ou être en froid, ça lui ferait trop de peine. Il la regardait s’approcher de lui avec un petit sourire en coin. Elle voulait sûrement se faire pardonner maintenant, mais le vampire ne lui en voulait pas, bien sûr qu’il aurait dû lui révéler la présence de Sharon, mais il ne voulait pas qu’elle s’inquiète inutilement. Il passa ses mains autour de la taille de Bella, la rapprochant doucement de son corps. Ils étaient collés l’un contre l’autre, Edward plongea ses yeux dans le regard de sa future femme, il continuait de lui sourire tendrement.

Tu sais que tu es magnifique quand tu es jalouse. Je devrais peut-être faire ça plus souvent.

Il la taquinait bien sûr, c’était trop tentant. Il posa ses lèvres sur les siennes lentement, l’embrassa tendrement, il gardait une certaine « distance » pour avoir le contrôle de la situation, il savait que Bella s’emportait très rapidement lorsqu’ils s’embrassaient. Mais après quelques secondes, il se retira puis recommença plus passionnément. Elle lui avait manqué, une seule matinée sans elle était un supplice, mais il essayait de passer des moments sans Bella pour garder une peu de liberté, et surtout ne pas devenir trop dépendant d’elle. Il n’oubliait pas sa famille avec qui il l’adorait passer du temps. Après quelques instants le vampire se recula un peu, gardant le corps de Bella contre le sien. Il restait accoudé contre le mur des toilettes. Il décida de répondre à la question qu’elle avait posée.

Et bien, je ne savais pas si vous alliez vous rencontrer un jour, alors j’ai jugé inutile de t’inquiéter pour si peu. Je sais comment tu réagis face à ce genre de situation, face aux vampires « femelles ». Et j’ai eu raison, tu t’es énervée, et tu as eu peur. Tu vois je le savais. Mais il faut absolument que tu saches que Sharon n’éprouve que de l'amitié pour moi. Te souviens-tu que j’ai la faculté de lire dans les pensées des gens ? Sharon ne résiste pas à mon don, pas comme toi. Et puis de toute façon, elle a peur des hommes. Tu veux que je te raconte son histoire ?

Il la regardait avec attention, se demandant ce qu’elle ressentait à cet instant. Lui se sentait extrêmement bien, comme à chaque fois lorsqu’il était en sa compagnie. Mais tous ses doutes, ses questions perpétuelles s’étaient envolés, aujourd’hui il était sûr de lui, sûr de tout, ils allaient se marier, ça allait être le plus beau moment de sa vie, et tout irait bien. Il était heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Bella Swan
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 124
Age : 25
Date d'inscription : 12/12/2007

You
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Dim 20 Jan - 20:20

Bella ne savait plus comment réagir. Elle savait que ses sentiments envers Edward étaient si fort qu’elle n’arrivait plus à les maîtriser. Alors lorsqu’elle le voyait avec une autre qu’elle sa jalousie était si grande qu’elle n’arrivait pas à se contrôler. Pourtant elle ne voulait pas passer pour une petite fille devant Edward. Elle avait quand même dix-huit ans et pourtant elle réagissait comme une enfant de onze ans. Elle savait qu’au début, cela l’amusait beaucoup mais maintenant il devait en avoir marre de toutes ses gamineries. Elle était si prévisible, elle ne savait même comment Edward pouvait imaginer passer sa « vie » avec elle… De toute façon pour Bella leur histoire n’avait aucun sens. Enfin, elle savait ce qu’elle ressentait pour lui, elle savait à qu’elle point elle l’aimait mais ce qu’elle ne comprenait toujours pas c’est pourquoi il l’aimait elle. Elle n’avait rien de particulier, il pouvait trouver bien mieux la preuve était avec Sharon. Mais non, d’après se qu’il lui disait il l’aimait, elle, et ne voulait personne d’autre. Elle hésitait à le croire et pourtant c’était si tentant… Après tout pourquoi pas ?
Lorsque Edward se reprocha calmement d’elle et la prit dans ses bras, toutes les questions qui lui passaient à l’esprit disparurent. Elle était simplement dans ses bras, il pouvait se passer n’importe quoi à coté, la seule chose qui comptait c’était eux. Elle se sentait protégée dans ses bras. Elle leva la tête pour le regarder dans yeux et lui sourire également.


_Merci, mais je préférerais éviter…

Puis il commença à l’embrasser, comme à chaque fois, son cœur se mit à battre encore plus fort dans sa poitrine, sa tête se mit à tourner. Puis comme à chaque fois, Edward se recula, trop tôt. Mais il se reprocha puis recommença un peu plus passionnément sans moins de retenue. Elle ne pensait plus à rien, elle était heureuse. Peu de temps après, il se recula puis répondit à sa question. Elle mit quelques instants à se rappeler la question et à se reconcentrer.

_ ça veux dire que si tu je ne l’avais pas vu aujourd’hui, tu ne m’aurais jamais parler d’elle ? Elle a peur des hommes ? Mais qu’est-ce qui s’est passé ? Oui, je veux bien que tu me racontes… à part si c’est trop indiscret…


Tout d’un coup Bella se sentait mal. Elle avait peur de se qu’elle allait apprendre. Cela devait se lire sur son visage. Comme à chaque fois…

_________________
.


Il est tard,
Fais de beaux reves.
Tu es la seule à avoir touché mon coeur.
Il t'appartiendra toujours.
Dors, mon unique amour.


Hesitation, chapitre 8*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fascinating.forum-actif.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Lun 21 Jan - 20:43

Edward se mit à rire légèrement en entendant la réponse de Bella. La rendre jalouse n’était pas son passe-temps préféré, non pas du tout. Mais là c’était trop tentant, et puis c’était vrai elle était magnifique, de toute façon pour lui elle l’était toujours. Même couverte de boue, fatiguée, cernée, malade, et puis son humanité lui donnait quelque chose de différent, mais il se disait que c’était sa façon de réagir à l’état dans lequel elle se trouvait, qu’elle trouvait à être exceptionnelle dans n’importe quelle situation. Elle resterait unique pour lui humaine ou vampire. Edward lui appartenait pour toujours, pour l’éternité. Tout en lui était destiné à Bella, son cœur était à elle, ses pensées, son corps, tout.. Bien sûr le cœur d’Edward ne battait plus, pourtant il avait l’impression que lorsqu’il se retrouvait en présence de Bella il se remettait à battre tout doucement, il ressentait des pulsations, elle avait tellement d’emprise sur lui. Il aurait tout donné pour la rendre heureuse, son immortalité, il aurait partagé sa beauté, il aurait renoncé à ses dons, sa force, sa vitesse, le pouvoir de lire les pensées. Il l’aimait trop pour la regarder souffrir sans rien tenter, il haïssait l’impuissance face à une situation, il voulait toujours avoir un but, se sentir utile. Il n’aimait pas laisser quelqu’un dans le besoin sans l’aider. Mais parfois on ne peut rien faire, et c’est dans ces moments là qu’Edward se dit que la vie était injuste. Pourtant elle était belle, et pouvait encore offrir de beaux cadeaux même quand on ne s’y attendait pas, quand on désespère, qu’on n’y croie plus. C’est surtout dans ces moments d’ailleurs que la vie se réveille pour nous surprendre. Edward avait rencontré le bonheur deux ans auparavant et il savait qu’il durerait encore, parce que ce bonheur était ponctué d’épreuves, jusqu'ici ils avaient réussi à surmonter chaque obstacle que ça soit des loups-garous, une meute de nouveaux-nés, ou un bal. Et chaque échelon à gravir les avait rapprochés et leur avait prouvés qu’ensemble ils réussiraient. Edward avait encore du mal à croire que dans quatre petits jours il allait épouser la femme de son existence, oui existence parce que techniquement il était mort, donc on ne pouvait plus appeler ça une « vie ». Il sourit intérieurement, cette pensée l’amusait. Cela faisait un bon moment qu’il avait cessé de regretter son humanité, de toute façon sa vie avait assez mal commencé. Il n’avait rien connu de merveilleux, d’exceptionnel, sa mère était morte, il vivait dans une époque sombre où l’on avait peu de chance de vivre longtemps et surtout heureux. Lui qui désirait fonder une famille et vivre sans soucis, avait vu son rêve s’effilocher petit à petit. D’ailleurs il était très reconnaissant envers Carlisle, oui il se disait : « c’est grâce à lui » et non pas « c’est à cause de lui ». Bien sûr il y avait eu des moments difficiles mais à présent il connaissait le bonheur, et il savait que les moments de doute, de peur, et de désespoir étaient inévitables. Mais le jeu en valait la chandelle. Bella en valait la peine, oh oui vraiment. Elle n’avait pas l’air de s’en rendre compte, et Edward perçut de l’inquiétude dans ce regard.

Je ne m’amuserai pas à te rendre jalouse, ce n’est pas mon but. Y a-t-il quelque chose qui te tracasse et dont tu aurais envie de parler avec moi ? Si c’est le cas fais-le, Bella. Je t’écoute.

Edward se rapprocha du visage de sa fiancée, il embrassa son cou doucement, déposant de petits baisers sur sa peau si douce. Hum, qu’est-ce qu’il aimait cette odeur, elle était tellement captivante. Il était envoûté, comme à chaque fois. Mais il savait se contrôler il n’avait plus vraiment peur, mais il restait comme même attentif, c’est au moment où l’on croit avoir réussi et qu’on se dit que tout va bien qu’un accident peut arriver. Seulement il avait beaucoup moins peur de lui faire du mal, il était plus confiant, cela faisait deux ans qu’il travaillait à cela. Mais pourtant l’arôme de Bella était toujours aussi fort, et puissant. Il respira doucement, profitant de cet instant. Il lui murmura à l’oreille, tendrement :

Je suis tout à toi, j’espère que tu le sais ?

Puis il regarda Bella dans les yeux. Elle lui avait posé une question très difficile, il ne savait pas vraiment ce qu’il aurait fait si Sharon n’était pas venu à Forks ce jour-là. En fait il n’en avait pas la moindre idée. Il réfléchit un instant puis commença à répondre à Bella d’une douce voix.

Honnêtement je ne sais pas Bella, mais je pense que je t’aurai parlée d’elle dans les jours qui suivent, tout simplement parce que Sharon vit à Juneau et que tu l’aurais rencontrée tôt ou tard puisque nous partons là-bas.

Edward sentit que Bella était inquiète, elle avait peur de ce qu’elle pourrait apprendre sur Sharon. Mais le vampire savait qu’elle pourrait supporter, et que malgré la détresse et la douleur de Sharon, cette situation rassurerait quelque peu sa jeune fiancée. Il garda le corps de Bella contre le sien, refusant de passer un instant éloigné d’elle. Puis il commença son récit tout doucement.

Puisque c‘est-ce que tu veux. Tu vois Sharon était une de ces filles très populaires, au lycée elle faisait partie de l’équipe des pom-pom girls, elle était jalousée par toutes les filles et désirée par tous les hommes. Elle vivait sa vie tranquille et excitante d’adolescente n’étant pas trop dévergondée mais profitant de chaque instant. Tout se passait bien, elle réussissait à l’école, avait du succès, des amis, elle avait la belle vie. Sharon avait un frère, un grand frère, Josh. Il était très protecteur envers elle, peut-être trop mais ils s’aimaient énormément et n’imaginaient pas la vie l’un sans l’autre. Pendant une semaine, Sharon s’est sentie observée, elle avait l’impression d’être suivie. Elle avait raison. Un soir alors que son frère n’était pas là pour la récupérer, des hommes se sont emparés d’elle et l’ont emmenés dans leur camionnette. Ils l’ont conduite jusqu’à la forêt. Et là-bas elle a été frappée, maltraitée, insultée, violée. Ils ont recommencé plusieurs fois. Après ils l’ont abandonné dans les bois, laissant Sharon complètement blessée, et meurtrie. Dans la soirée deux personnes sont arrivées, et ils se sont disputés à propos de la transformation de Sharon. Ces deux-là étaient des vampires, l’un des deux l’a transformée. Sharon avait espéré mourir, mais même ça elle ne l’a pas eu. Maintenant elle vit à Juneau, mais la vie ne lui laisse pas de répit. Cela faisait quatre ans qu’elle n’avait pas vu son frère, Josh. A présent elle le voit tous les jours à la fac. Je te laisse imaginer ce qu’elle peut ressentir. En plus Josh est particulièrement intéressé par le surnaturel et il s’approche un peu trop de nos légendes. Sharon doit le protéger de sa propre espèce. Si jamais il apprenait la vérité sur notre existence, les Denali le tueraient sûrement. C’est pour ça qu’elle est ici, parce qu’elle a de quelqu’un pour la soutenir et l’écouter. Maintenant tu sais tout.
Revenir en haut Aller en bas
Bella Swan
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 124
Age : 25
Date d'inscription : 12/12/2007

You
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Mer 27 Fév - 22:41

Les yeux plongés dans le regard captivant d'Edward, une seule pensée lui traversa l'esprit *Pourquoi doutes-tu toujours de lui?*. Elle soupira un long moment, en baissant les yeux, elle sentit son visage rougir! Cette jeune femme, Sharon, était tellement belle avec sa beauté pure de vampire contrairement a Bella, petite humaine maladroite. Vivemenent le jour ou elle aura elle-même cette beauté.

J'en ai marre de ne jamais réussir à t'en vouloir... Je suis désolée d'avoir douté, seulement tu aurais dû m'en parler. Nous allons nous marier, nous ne devons pas avoir de secrets l'un pour l'autre.

Le sourire qu'elle aimait tant se dessina sur le visage de son bien-aimé. Toutes ses craintes étaient désormais effacées, elle se jura de ne plus douter de lui à l'avenir. Après tout il lui avait prouvé plus d'une fois combien il l'aimait. Elle lui déposa un baiser sur ses lèvres de pierre tout en se collant contre son corps froid, et lui sourit a son tour.

Bon et bien je crois que c'est le moment pour moi d'aller m'excuser auprès de ta meilleure amie qui doit en ce moment me prendre pour une véritable idiote.

Ils sortirent tout les deux, main dans la main, tout deux bien plus décontractés. Bella s'avanca vers la table où se trouvait Sharon qui d'ailleurs n'était plus seule. Une bande de jeune homme était assis a coté d'elle en train de la dévorer du regard, Bella les comprit tout à fait vu la beauté extraordinaire de Sharon. Arrivée devant la magnifique vampire elle lui demanda timidement si elle pouvait lui parler un moment en privé. Sharon se leva gracieusement et suivit de Bella s'éloigna un peu de la table désormais bondée.

Sharon, je tiens a m'excuser pour ma réaction excessive. Edward m'a tout expliqué et je regrette d'avoir était aussi froide avec toi.

Elle lui tendit doucement la main, son sourire se détendit devenant beaucoup moins crispé. Elle pensait réellement ce qu'elle disait désormais, elle ne voulait en aucun cas être en froid avec la meilleure amie d'Edward, une tension de plus c'était de trop.

Bienvenu à Forks!

_________________
.


Il est tard,
Fais de beaux reves.
Tu es la seule à avoir touché mon coeur.
Il t'appartiendra toujours.
Dors, mon unique amour.


Hesitation, chapitre 8*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fascinating.forum-actif.net
Sharon Stanford
Invisible Touch
avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 28
Localisation : Si près et si loin de toi
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Just wanna live
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Baby look at me, and tell me what you see

MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   Dim 2 Mar - 1:02

La situation pouvait paraître très flatteuse vue de l’extérieur : une jeune femme, délaissée, à une table, visiblement en détresse, et pas moins de cinq garçons pour venir la consoler. Ç’aurait pu sembler flatteur en effet. Mais, pour Sharon, cela ne l’était pas du tout. En réalité, dire qu’elle était mal à l’aise était le plus léger des euphémismes qui ait jamais été prononcés. Elle ne rêvait que d’une chose : s’enfuir en courant. Mais, premièrement, il paraissait que ça ne se faisait pas chez les gens civilisés, deuxièmement ça ne les aurait incités qu’à la suivre, pour profiter d’elle ou simplement parce qu’ils étaient collants, et troisièmement, il fallait qu’elle arrête de fuir face à ses peurs et à ses problèmes. Il fallait qu’elle les affronte si elle voulait arriver à les surmonter. Fuir ne lui apporterait rien, et franchement, il fallait qu’elle aille de l’avant si elle voulait supporter une éternité de vie vampirique. Et puis, c’était ridicule d’avoir peur des hommes, non ? Surtout quand, comme de par hasard, vous étiez un véritable aimant à population masculine, et qu’en plus, vous les intimidez plus que fortement par votre plastique parfaite et votre étonnante fraîcheur cependant. Ridicule, mais humain. Il était là, le problème, justement. Humain. Elle n’était plus humaine, elle était de la race des vampires, des suceurs de sang, des monstres intemporels qui faisaient peur à tous les enfants, des pâles beautés froides qui avaient fait couler tellement d’encre, inspiré tellement d’écrivains. Elle n’avait plus rien d’humain. Elle était belle à en mourir, elle était puissante et forte, elle était rapide, souffle du vent, éclat de la lune, eau coulante, feu ardent, avait un don d’invisibilité qui était plus qu’une simple carte dans sa manche. Qu’avait-elle à craindre de simples humains pétrifiés devant elle, juste animés par leurs hormones ? Les hormones, justement.

La puissance de ces minuscules choses était insoupçonnable, et pourtant avait des effets radicaux. Elle n’était que trop bien placée pour le dire. Et, alors qu’ils prenaient place à sa table, blaguant et raillant, se poussant du coude, s’envoyant des bourrades, la jeune femme ne pouvait s’empêcher d’être plus que stressée. Heureusement qu’elle avait une maîtrise totale de son corps, sinon elle se serait mise à trembler de façon incontrôlable. Ce n’était donc pas le cas, et elle se contentait d’afficher un sourire forcé intérieurement, mais qui semblait naturel, amusé, quoiqu’un peu blasé. Jouer la carte de la distance, de la fille qui a conscience de ce qu’elle est sans en avoir trop l’air. Elle préférait ça … au reste. Pianotant délicatement sur la table, elle riait de temps en temps, de son rire pur et cristallin aux plaisanteries faites, mais le cœur n’y était pas. elle n’attendait qu’une chose : qu’Edward et Isabella sortent des toilettes, reviennent et qu’ils la tirent de là, qu’ils s’en aillent rapidement et loin d’ici. Mais cela prenait du temps. évidemment, si elle la prenait pour une rivale dangereuse, il allait falloir du temps à Edward pour la calmer, sans aucun doute. Elle pouvait le comprendre. Cependant, elle aurait aimé pouvoir lui expliquer elle-même, et surtout ne pas être là à ce moment précis. Ils n’étaient pas trop entreprenants. Pour l’instant en tous cas. Prendre son mal en patience. Elle les détailla doucement, un par un. le plus mignon était sans doute celui qui l’avait accostée en premier, qui avait l’air terriblement gêné par l’intervention de ses amis. Elle lui adressa un sourire doux, alors qu’il semblait ne plus trop savoir où se mettre, jouant les fiers-à-bras comme les autres, mais cela semblait être plus pour la forme qu’autre chose. Ses yeux bleus semblaient vouloir se cacher derrière ses mèches de cheveux rebelles, et il rougit légèrement, ce qui entraîna de nouvelles vagues de plaisanteries. Et de nouveaux rires. Et …

Ils furent là. elle sentit la présen d’Edward avant même de les voir. Elle s’y était tellement habituée, quand ils s’étaient trouvés chez les Denali, qu’elle aurait pu la reconnaître au milieu d’un milliard d’autres présences. Une aura bienveillante et rassurante. Soulagée, elle tourna la tête vers eux, mais ce fut pour voir Bella lui demander de bien vouloir lui accorder un moment. Avec grâce, elle eut un hochement de tête.


Je vous abandonne messieurs … bonne fin de journée …

Elle suivit donc Bella à l’écart, et accepta ses excuses avec un sourire. Elle eut un léger geste de la main.

Il n’y a pas de problème, je conviens que la situation était pour le moins équivoque, surtout qu’Edward a cru bon de ne pas te parler de moi. Mais, bella, je ne suis en aucun cas un danger pour vous deux. Je veux que tout se passe le mieux possible entre nous, et je suis sûre que nous nous entendrons très bien, une fois que nous nous connaîtrons mieux… même si j’ai l’impression de te connaître déjà.

Elle rit légèrement, lui souriant, et, finalement, laissant tomber une poignée de mains qu’elle trouvait trop rigide, elle lui planta une bise sur les deux joues.

Merci ! Cependant, si ça ne vous ennuie pas, je préfèrerais voir un autre coin de Forks … avant que ça ne devienne trop comment dire … tendu.

Petit geste vers la table bondée. Ton de la confidence :

Je ne suis pas fan de ce genre d’accueil …

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwartswiggenweld.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Save Our Souls ... Really funny [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Save Our Souls ... Really funny [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Lena& Carmelia ? save me ~
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» [Mécanisme] Système de fichiers save et MAJ du jeu
» Save the last Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fascinating :: Tout histoire à un début : Forks :: Coffee-
Sauter vers: