Rejoignez le monde fascinant de Stephenie Meyer ...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Josh Stanford

Aller en bas 
AuteurMessage
Josh Stanford

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 29
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Aimer c'est être masochiste

MessageSujet: Josh Stanford   Lun 24 Déc - 14:08

I. IDENTITE :

Nom :
Stanford
Prénom : Josh
Surnom(s)* : Apollon (par sa sœur).
Age : 23 ans

Lieu d’habitat : Juneau, Alaska
Race : Humain
Classe sociale : Modérée

II. CARACTERISTIQUES :

Caractère :

« Quel est votre verbe préféré ? » avait un jour demandé un prof de littérature à sa classe.
« Protéger » avait répondu Josh.
Protecteur. Hyperprotecteur. Ce seul mot pourrait suffire à caractériser Josh. Sa vie, il la consacre presque entièrement au service des autres. Depuis tout petit, sa seule ambition est de protéger ceux qui l’entourent. Cela a débuté dès l’enfance quand il prenait soin de sa petite sœur, Sharon. Sa sœur, c’était toute sa vie. Il ne respirait que pour assurer sa protection. Sa seule ambition était de pourvoir au bonheur de Sharon. Et si par malheur il échouait dans la tâche qu’il s’était lui-même confiée, un élan de culpabilité lui dévorait les entrailles et il s’infligeait les pires tourments psychologiques pour se punir d’avoir manqué de vigilance. Depuis la disparition de sa sœur (il a toujours eu du mal à dire « mort » qui est pour lui un mot trop définitif s’agissant de Sharon), il a développé son esprit protecteur envers les autres et a beaucoup joué le rôle du grand frère pour la plupart de ses amis. Mais jamais comme avec Sharon. Une petite sœur, il n’en avait qu’une et jamais personne ne pourrait reprendre ce rôle. Naïf est un adjectif qui pourrait aussi bien lui convenir, quoique cela dépende des situations. Quand il s’agit de quelqu'un se liant à ses proches, il fait preuve d’une méfiance limite malsaine et remet en cause chacun des faits et gestes de la personne en question. Faites du mal à quelqu'un qu’il aime, et il ne répond plus de lui. Il n’est pas certain de pouvoir contrôler sa fureur dans ces moments-là, et les sentiments l’emportant sur la raison, il risque de faire des choses qu’il pourrait regretter ou tout du moins qui pourraient lui porter préjudice. Et dans ces cas-là, sa rancune est sans pareille, ne tentez rien, vous n’obtiendrez jamais sa confiance à nouveau. Jamais. Non, quand je dis qu’il peut se montrer très naïf, voire, quand c’est poussé à l’extrême, débilement aveugle, ça ne concerne que sa propre relation avec les autres. La bonne poire à qui on peut tout demander parce qu’on sait qu’il ne veut pas dire non et que son seul objectif est de vous faire plaisir, c’est lui. Demandez-lui de vous décrocher la lune et il n’aura de cesse de chercher un moyen d’y parvenir. Le problème, c’est que cette naïveté lui a souvent apporté bien des déceptions et des douleurs. Pour lui, aimer c’est être masochiste. Parce qu’on a beau en prendre plein la gueule, recevoir les réflexions les plus blessantes qui existent, se faire massacrer le cœur, on reste quand même, juste parce qu’on aime, et on pardonne. Et ça vaut pour toutes les différentes façons d’aimer qui peuvent exister. Qu’il s’agisse de sa copine, de ses amis, de ses parents, ou même de sa sœur. La chose la plus blessante qui existe ? « Tu ne peux pas comprendre ». Ces cinq mots peuvent vous détruire un Josh psychologiquement. Parce que comprendre, c’est tout ce qu’il demande. Comprendre, aider, protéger. « Tu m’étouffes ». Ça aussi ça fait atrocement mal. Parce qu’il a conscience de la véracité de cette simple phrase. Son sens de la protection et de la fraternité prend parfois une ampleur telle qu’il se rend compte de passer pour un emmerdeur de première. Mais on ne change pas sa nature.

Description physique :
Quelle est la première chose que l’on regarde chez quelqu'un ? Ou du moins la première chose que l’on voit, qui nous saute aux yeux ? Il s’agit de sa silhouette. C’est elle qui nous permet entre autre de déterminer la corpulence de la personne que l’on a en face ou son sexe. Ainsi elle revêt une importance capitale lorsqu’on parle d’apparence. La silhouette de Josh est on ne peut plus masculine. Plutôt grand par rapport aux normes de la société, il dépasse tout juste le mètre quatre-vingt-dix. Malgré sa taille importante, il n’a pas l’allure fine et élancée que l’on reconnait à la plupart des « grands ». Cela est dû, notamment, à sa carrure de rugbyman. Des épaules carrées, des biceps d’une importance non négligeable, des pectoraux et des abdominaux bien dessinés, pas un seul pet de graisse ou vilaine poignée d’amour, il a tout du sportif professionnel. Cette silhouette harmonieuse a tendance à attirer le regard et quand on s’attarde sur le reste, on est rarement déçu. Des cheveux coupés courts d’un brun brillant et soyeux. Une peau hâlée qui réchauffe plus d’un cœur. Une mâchoire légèrement carrée mais n’enlevant néanmoins rien aux traits séduisants de son visage qui s’étire très souvent en un large et scintillant sourire qui fait toujours son petit effet sur la gent féminine (doux euphémisme). Un nez simple et droit, centré correctement sur son visage. Et bien sûr, last but not least, de grands yeux d’un brun plein de chaleur exprimant à la fois une profonde générosité et une malice indéniable. Si Josh est doté d’un charme sans pareil et sait s’en servir avec dextérité, il sait aussi se fondre dans la masse et passer inaperçu s’il le souhaite. Heureusement pour lui d’ailleurs, parce que ça ferait bien longtemps qu’il se serait fait remarquer dans son obsession pour le surnaturel dans le cas contraire.

Liens : Sharon Stanford, dite « Aphrodite », sa sœur disparue depuis quatre ans. Développé dans l'histoire.

Loisirs/Activités :
Comme dit précédemment, Josh s’est porté volontaire pour donner des cours dans le cadre de l’activité de tutorat imposée par l’administration à partir de cette année. Aider les autres a toujours été quelque chose qu’il fait avec grand plaisir, et si au passage il peut récolter un peu d’argent (faire le prof, ça vous offre un salaire plutôt confortable quand vous êtes étudiant) pour financer ses besoins, c’est toujours bon à prendre. Il travaille aussi à la grande bibliothèque de Juneau. Passionné de sport, il a fait partie de l’équipe de football américain de la fac durant un an mais l’a abandonnée pour intégrer celle de baseball par préférence pour ce sport. Cependant, il préfère passer son temps à fouiner dans les bibliothèques (ou ailleurs...) plutôt que d’aller à l’entraînement, ce qui risque de lui valoir sa place dans l’équipe. En effet, les librairies et bibliothèques sont ses lieux de prédilection pour effectuer des recherches personnelles qui n’ont absolument aucun lien avec l’université.
Hobbies/Goûts (+) :
Depuis toujours, Josh est passionné par le surnaturel. Tout gamin déjà, il passait son temps devant les séries télé ayant trait à la science fiction et lisait énormément de romans sur le sujet. En grandissant, son intérêt n’a pas terni et a même gagné en ampleur. Josh y croit dur comme fer. Enfin, bien sûr, il y a des limites. Les fantômes, c’est pas son truc. Les anges non plus, sinon ça ferait longtemps que Sharon lui serait revenue. Il n’a foi en aucun dieu quelconque. Il a arrêté d’y croire quand il s’est décidé à accepter la mort de sa sœur. Par contre, il est persuadé qu’il existe des... non, « créatures » n’est pas le mot qui convient... des êtres dirons-nous, pas si éloignés de nous, qui diffèrent de nous seulement par quelques aspects surnaturels. On pense notamment aux vampires et loups-garou. Des humains quelques part, mais pas tout à fait. Et ce qui n’était qu’une croyance de gosse est vite devenue une obsession. Persuadé de l’existence de tels êtres, il s’applique soigneusement dans des recherches sérieuses pour pouvoir trouver la trace de certains d’entre eux et peut-être un jour, les rencontrer. Un rêve d’enfant qui va devenir réalité... On pourrait aussi s’attarder sur son goût pour les livres, la musique ou le cinéma, mais ce n’est que très superficiel comparé à son obsession presque maladive pour le surnaturel. Quant à la drague, ce ne serait pas très flatteur pour ces dames que de considérer cela comme un hobby.
Phobies/ Goûts (-) :
Josh n’est pas l’incarnation du courage à l’état pur et, comme n’importe qui, a peur. De la douleur, de l’inconnu, de la mort, de l’oubli. La peur, l’angoisse, tout ça c’est humain, normal. Mais il combattrait ses peurs sans hésiter pour protéger ceux qu’il aime. Pour Sharon, il aurait été prêt à se couper un bras ou à se jeter du haut d’un pont. Mais surtout, il a peur pour les autres. Toujours à s’inquiéter pour ses proches, à en avoir des maux d’estomac, à ne pas en dormir la nuit, à en être angoissé au plus haut point. Pour un jeune homme comme Josh qui aime la vie et se délecte des petits plaisirs de celle-ci, il est difficile de trouver quelque chose qui pourrait lui déplaire. Ce sont plutôt les grands maux de l’humanité qui le débectent. L’hypocrisie. Le mensonge. Le racisme. Et tout ce qui va avec...

III. HORS-JEU :

Prénom ou Pseudo :
Lalyne pour le peuple et Cerise pour ma Cerise (et Jones pour Barbie)
Age : 19 ans et presque un mois (le premier qui dit « vieille » je lui fais bouffer son clavier par les oreilles)
Personne sur l'avatar : Josh Duhamel
Comment avez-vous connu le forum ? Par ma Cerise
Fréquence de vos venues sur le fo' ? Euh, ça dépend si je suis en vacances ou pas et si par « venue » on entend passage ou RP mais vu ce qui est dans le règlement je dirais 0,5/10 (non j’exagère, mais j'ai très peu de temps en période de cours)
Votre niveau de rp ? C’est pas quelque chose dont je peux juger moi-même, c’est à vous de voir.
Exemple de post : > Emily Jones = moi
Commentaires ? Je me suis légèrement laissée dépasser par mon imagination, du coup j'ai pas respecté la description initiale à la lettre dans l'histoire.
Code : pénal ! Pardon, c'est un réflexe. OK


Dernière édition par le Jeu 27 Déc - 21:17, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Josh Stanford   Lun 24 Déc - 14:12

Bienvenue ! Et t'inquiètes, le perso est réservé ^^
Revenir en haut Aller en bas
Bella Swan
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 124
Age : 25
Date d'inscription : 12/12/2007

You
Relations:
Citation:

MessageSujet: Re: Josh Stanford   Lun 24 Déc - 14:19

MDRR Bienvenue sur le fo' et bonne chance pour la suiteuhh xD

_________________
.


Il est tard,
Fais de beaux reves.
Tu es la seule à avoir touché mon coeur.
Il t'appartiendra toujours.
Dors, mon unique amour.


Hesitation, chapitre 8*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fascinating.forum-actif.net
Sam Uley
It's like...a bullet in your head !
avatar

Masculin Nombre de messages : 893
Age : 26
Localisation : Avec toi ailleurs c'est ici... je nous aime, à présent...
Emploi/loisirs : Just a Fix More...
Humeur : Here and There...
Date d'inscription : 21/12/2007

You
Relations:
Citation: The premedication of death is premedication of freedom.

MessageSujet: Re: Josh Stanford   Lun 24 Déc - 16:28

Mais non t'e spas vieile...enfin, tout ets relatif^^ xd

bienvenu^^ :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://one-of-us-is.skyrock.com/
Sharon Stanford
Invisible Touch
avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 28
Localisation : Si près et si loin de toi
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Just wanna live
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Baby look at me, and tell me what you see

MessageSujet: Re: Josh Stanford   Mer 26 Déc - 13:14

Hey, toi, le sac à puces, sois pas méchant avec mon frère ou je te bouffe ... :D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwartswiggenweld.forumactif.org
Josh Stanford

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 29
Date d'inscription : 23/12/2007

You
Relations:
Citation: Aimer c'est être masochiste

MessageSujet: Re: Josh Stanford   Jeu 27 Déc - 21:16

Je t'aime aussi Cerise.

Bon, c'est officiel, je pète un cable. J'ai fini mais ça fait 10 minutes que je me bats avec "La longueur de votre message dépasse la limite autorisée"... Je peux casser la gueule à la limite autorisée ? Bon, je vais me débrouiller mais comme c'est pas à la suite, ça fait pas beau *pleure* ... VOILA POURQUOI IL NE FAUT JAMAIS FLOODER DANS LES FICHES QUAND ELLES SONT PAS FINIES ! (je vous ai prévenus que je pétais un cable).


Histoire :
La disparition de sa sœur a été l’événement charnière dans l’existence de Josh. Les plus simplets d’entre vous pourraient donc résumer sa vie en deux périodes : l’avant et l’après Sharon. Ce qui serait totalement erroné. La vie de Josh se décomposait en trois périodes d’inégales durées.

Les dix-neuf premières années de Josh ressemblèrent à une série de soap opera à l’américaine où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil et surtout, surtout, tout le monde il est heureux. Natif de la ville de Lawrence, au Kansas, il y a vécu toute son enfance et son adolescence. Quand il eut deux ans, un heureux événement vint bouleverser sa vie à tout jamais. Une petite bouille avec un léger duvet brun sur le haut de la tête. Sharon. Son Aphrodite, comme il l’appellera plus tard. Sa petite protégée. C’est à partir de ce moment-là que Josh devint l’insupportable grand frère surprotecteur qu’il n’a jamais su cesser d’être. A l’instant même où ses yeux avaient croisé ceux de sa petite sœur et que celle-ci lui avait souri, il s’était promis que rien ne lui arriverait tant qu’il serait en vie. Oui, même un petit garçon de deux ans peut révéler ce genre de maturité. Et le reste de sa vie durant, il s’astreignit à suivre à la lettre cette règle de vie qu’il s’était imposée. Quitte à en devenir invivable. Il la surveillait en permanence, la protégeait de tout et de tout le monde, l’étouffait aussi. Il savait qu’il l’étouffait, il savait que ce n’était pas bon, qu’elle en souffrait et que ça leur portait préjudice, plus à elle qu’à lui d’ailleurs. Mais ce n’était pas comme s’il pouvait se contrôler. Il faisait ça par amour pour elle. A côté de ce rôle d’ange gardien qu’il s’était attribué auprès de Sharon, il avait une vie bien sûr. Une vie qu’il mettait entre parenthèses sans hésiter à chaque fois qu’il l’estimait nécessaire pour le bien de sa sœur. Il avait une bande de copains, des petites amies de temps en temps, le football et le baseball qu’il adorait pratiquer, et puis de nombreux centres d’intérêts qu’il prenait énormément de plaisir à satisfaire. Et puis l’école. Pendant un long moment, il n’eut aucune difficulté au niveau scolaire. Jusqu’à ce que Sharon entre au lycée. Il était en terminale. L’année du diplôme. Depuis quelques temps, il s’était légèrement calmé dans son rôle de grand frère hyperprotecteur (Josh « pas touche à ma sœur » Stanford). Mais cette année-là, ç’avait été difficile. Parce qu’elle était en permanence dans son champ de vision. Et qu’il était clair pour lui qu’elle avait besoin de protection. Bon, pour le reste du monde, pas du tout, mais il n’était pas le reste du monde, il était son grand frère. Il ne voyait pas les choses comme le reste du monde. Alors il avait consacré tout son temps à la surveiller, éloigner les dangers potentiels (qui n’étaient des dangers qu’à ses yeux), la protéger... Et il avait perdu son année. Pas assez bossé d’après les profs. Ce qui était loin d’être faux. Et c’était sans regrets aucuns qu’il avait repiqué sa terminale même si ç’avait été dur à encaisser au départ.

Et puis c’était arrivé. Il avait dix-neuf ans, elle dix-sept. Il venait de faire son entrée en fac de droit, elle en terminale. Elle avait eu l’impression de se faire suivre. Elle le lui avait dit. Il était devenu son ombre. Assurant sa protection en permanence. Elle ne faisait rien sans qu’il n’exige de savoir quoi, où, quand, comment et avec qui. Sauf qu’à cette époque-là, Josh avait une copine. Dont il était fou amoureux. Jude. Elle aurait pu être le grand amour de sa vie. Si ça n’était pas arrivé. Ce jour-là, il était chez elle. Il n’avait pas vu le temps passer. Avait oublié de passer chercher Sharon à la sortie du lycée. Le jour où il ne fallait pas. Elle était rentrée seule, à pied. Et n’était jamais arrivée. Il ne l’avait pas supporté. Les flics avaient d’abord suggéré la fugue, ce qu’il s’était obstiné (avec ses parents bien sûr) à réfuter. Non, ils étaient heureux avant. Josh leur avait répété ce que sa sœur lui avait dit, son impression d’être suivie en permanence... La théorie du suicide avait ainsi été balayée à son tour et on avait misé sur un enlèvement. L’enquête dura quelques temps, des affiches furent placardées partout dans la ville, avant que ça s’étende à l’Etat puis au pays tout entier. Mais elle ne déboucha sur rien. Pendant ce temps, Josh avait sombré dans une profonde dépression. C’était clairement de sa faute. Elle avait été enlevée, probablement torturée, violée, à cause de lui. Il s’était promis qu’il ne lui arriverait jamais rien. Il lui était arrivé quelque chose, il était le seul coupable, le seul à blâmer. C’était sa sœur, il ne pouvait pas survivre sans sa petite sœur. Qui pourrait continuer à respirer après avoir perdu sa petite sœur ? Il l’aimait plus que n’importe quelle autre personne sur Terre, il ne lui survivrait pas. Il avait bien sûr abandonné la fac et quitté sa copine, qu’il n’arrivait même plus à regarder. De toute façon, elle n’était pas importante comparée à Sharon, rien ne l’était. Tout sur cette planète lui paraissait fade, sans odeur, sans couleur, sans goût. Il voulait mourir. Juste se laisser mourir. Et peut-être la rejoindre ? Tout, il aurait tout fait pour mettre fin à ses jours. La vie n’avait de sens que si sa sœur en faisait partie. Pourtant, il avait continué à vivre. Parce qu’il n’arrivait pas à croire que le monde pouvait continuer de tourner si elle n’était plus là. Si elle avait été morte, si elle avait réellement disparu de la surface de la Terre, il l’aurait senti. Son cœur se serait arrêté de battre. C’était ça la fraternité. Or, il était encore en vie, malgré la douleur. Ça ne pouvait dire qu’une seule chose : elle était encore là, quelque part. Alors il partit à sa recherche. Il abandonna sa vie, qui n’avait plus aucun sens de toute façon, et s’en alla. Il parcourut les Etats-Unis, le Canada et même le Mexique pendant deux ans avant de se résigner. Pendant ces deux années, il s’habitua à son absence même s’il n’avait de cesse de la retrouver. Il lui fallut un temps considérable pour faire son deuil, qui n’a jamais été vraiment complet d’ailleurs, en partie à cause de sa dépression. Deux ans. Avant d’accepter l’évidence qui le narguait depuis tout ce temps. Elle était morte. C’était terminé. Il n’arrivait pas à croire qu’il puisse encore réussir à respirer après ça. Pourtant, il lui fallait se résigner. Quand quelqu'un que vous aimez énormément a mal et que vous percevez sa souffrance, vous avez l’impression que l’on vous déchire le cœur. Vous vous dites que vous préfèreriez souffrir à sa place plutôt que ce que la personne ait encore mal. Quand quelqu'un qui vous est proche vient à disparaître, vous avez l’impression que l’on vous arrache les entrailles. Les seuls battements de votre cœur vous font souffrir au point que votre seule volonté est de mourir à votre tour, parce que la mort sera sans aucun doute plus douce que l’enfer qu’est la vie. Et bien c’est à peu près ces deux sensations que ressentait Josh. Il aurait tellement aimé mourir à sa place, mourir pour arrêter de souffrir. Il avait essayé. Plusieurs fois, il avait été au bord du suicide. La vie était bien trop douloureuse pour qu’il continue. Surtout qu’il était évident que c’était de sa faute si Sharon était morte. En tant qu’aîné, il était responsable d’elle et de tout ce qui lui arrivait. Chacune des souffrances de sa sœur avait été causée par sa faute. Parce qu’il n’était pas un bon frère. Parce qu’il n’avait pas su la protéger. Et pour ça, il méritait de mourir.

Seulement quelque chose le retenait. Sans qu’il ne sache réellement pourquoi. Le visage de Sharon tatoué d’un froid « missing » qui avait disparu des boîtes de céréales depuis longtemps. Elle n’aurait pas voulu qu’il abandonne. Bien sûr, ce qu’elle aurait voulu n’avait plus aucune importance maintenant. Mais son emprise sur lui persistait. Et les matins se succédèrent les uns après les autres sans qu’il n’y fasse vraiment attention. Et peu à peu, la notion du temps revint et ses péripéties à travers le pays perdirent de leur ampleur. Il ne prenait plus de risques insouciants comme au tout début. Et un beau jour, il l’accepta. Sharon était morte. C’était terminé. La souffrance n’en fut pas plus supportable. Le fait d’accepter l’évidence ne la rendait pas moins douloureuse. Mais il n’était pas prêt à se laisser mourir. Pas encore. Une force inconnue et incompréhensible l’en empêchait. Il comprendra plus tard que la fraternité dépasse l’entendement, même la mort. Dans quelques temps. Il fallait qu’il reprenne sa vie. Ou plutôt non. Il fallait qu’il commence une nouvelle vie. Dépourvue de sa présence ou même de son souvenir. Il ne pouvait donc décemment pas retourner dans le Kansas. Et de toute façon, l’université ne voudrait plus de lui alors qu’il avait déserté. Et puis le droit ne l’intéressait plus. Et surtout, sutout, il ne se sentait pas la force de croiser à nouveau le regard de ses parents (il ne les voit plus mais leur envoie une lettre de temps en temps). Pas après deux ans d’absence. Il postula alors dans plusieurs universités de peu de renommée, sachant qu’il n’avait que très peu de chances d’être accueilli les bras ouverts au vu de son dossier. Parmi celles qui répondirent à sa candidature par la positive (très peu furent dans ce groupe), il choisit l’Alaska. Plus il serait loin, mieux il se porterait. Il s’était détourné du droit pour se diriger vers la psychologie. L’étude des comportements humains l’intéressait beaucoup plus que celle de la loi. Et il arriverait peut-être à comprendre comment guérir ce poids qui l’opprimait. Alors il prit le chemin du grand nord. Résistant au froid, le climat ne le perturba pas outre mesure et il fit son entrée à l’université de Juneau, Alaska. Le travail était devenu un exutoire et il devint rapidement major de sa promotion. Il n’avait aucune idée d’où ces études allaient le mener et n’y réfléchissait pas. Ça ne l’intéressait pas. Tout ce qui comptait, c’était d’avoir quelque chose à faire, qui lui occupait l’esprit, pour que la douleur insoutenable qui l’habitait soit moins oppressante. Il s’en sortit bien pendant deux ans. Il avait joué au football, puis au baseball. Il s’était fait de bons amis sur lesquels il veillait avec un acharnement têtu, parfois insupportable. Il avait eu quelques copines, mais rien de bien sérieux. Il arrêtait toujours quand ça devenait sérieux. Il n’était pas prêt à vivre une histoire qui lui aurait demandé une réelle implication, chose qu’il était incapable d’apporter à qui que ce soit. Mais rien ne le déconcentrait de ses études. Il avait trop peur qu’en se laissant atteindre par la beauté de la vie et des sentiments, celui qui lui faisait si mal ne le submerge plus que ce qu’il ne le faisait déjà. Le travail était la seule solution. Il avait trouvé un job dans la bibliothèque de la ville où il avait accès à toutes les sources d’information qu’il souhaitait. Et bien qu’au départ, il ne s’en servît que pour ses recherches universitaires, il s’adonna rapidement à sa vieille passion pour le surnaturel. Une autre façon de s’occuper l’esprit quand son travail était terminé. Quand Josh entra en troisième année, l’administration décida d’imposer des cours de tutorat aux étudiants de première année dispensés par les plus brillants de l’université. Bien entendu, son nom fut évoqué et quand on lui proposa ce job, il accepta sans hésiter, accumulant ainsi les activités occupant son temps et son esprit. Seulement cela ne pouvait pas durer. L’étudiante dont il avait la charge, Sharon Denali, avait plus d’une ressemblance avec sa Sharon, qui ne s’arrêtaient pas seulement au prénom. Cette fille lui faisait ressentir des émotions totalement paradoxales. Aucun sous-entendu là-dedans, il n’était absolument pas attiré par elle, malgré sa beauté impressionnante. Il ne pouvait s’empêcher de rechercher sa compagnie alors qu’elle ne lui apportait que plus de douleur, faisant remonter sa mélancolie. Pourquoi l’intriguait-elle autant ? Pourquoi se sentait-il à la fois si bien et si mal en sa présence ? Pourquoi l’évitait-elle ? Autant de questions auxquelles il avait bien l’intention de trouver des réponses. Ainsi qu’à celles concernant son autre obsession...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Josh Stanford   Jeu 27 Déc - 21:28

Tu es validé !

Tu peux commencer le RP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Josh Stanford   

Revenir en haut Aller en bas
 
Josh Stanford
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Josh Price [TERMINE]
» Signature de contrat - Josh Bailey
» Prolongation de contrat RFA - Josh Gorges
» Who is Josh Groban? Kill yourself!
» Josh Bailey à MTL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fascinating :: Premier pas dans l'arène :: Présentation :: Humains-
Sauter vers: